La France non fumeuse
Actualisé

La France non fumeuse

Les cendriers ont commencé à disparaître des bars et restaurants français mardi, au premier jour d'une interdiction totale de fumer dans les lieux publics.

Des mesures plus strictes sont également entrées en vigueur le même jour en Allemagne et au Portugal.

L'interdiction est officiellement entrée en vigueur mardi mais les autorités françaises ont, de fait, accordé un sursis aux fumeurs jusqu'à mercredi, en précisant qu'il n'y aurait «pas de contrôle le 1er janvier».

La plupart des clients fumeurs interrogés semblaient mardi se résigner à cette interdiction. «Le message est passé chez les fumeurs. Je n'ai pas eu à leur demander d'arrêter. Ils vont dehors», a expliqué à l'AFP Daniel Tual, employé au café parisien Le Marivaux, qui a installé des panneaux d'interdiction de fumer dès mardi matin.

Mais d'autres établissements n'ont pas fait preuve d'autant de zèle, préférant profiter jusqu'au bout du sursis.

Un épais nuage de fumée flottait par exemple dans un bar du quartier de Pigalle, où les clients achevaient leur nuit de Nouvel an en buvant mojitos et pastis. Philippe, un barman, expliquait qu'on pouvait «fumer jusqu'à minuit ce soir».

Dès mercredi, les fumeurs impénitents s'exposeront à payer jusqu'à 450 euros (743 francs) d'amende, tandis que les professionnels risquent de débourser jusqu'à 750 euros s'ils ne font pas appliquer la loi dans leur établissement.

Tabagisme passif

La mesure, édictée par un décret de novembre 2006, avait partiellement pris effet le 1er février dernier. Mais cafés, tabacs, restaurants et discothèques disposaient d'un délai de grâce de onze mois pour se préparer à l'ère non-fumeur.

L'interdiction vise surtout à limiter le tabagisme passif qui, selon les chiffres officiels, provoque le décès de 5000 personnes par an en France. En outre, on recense 66.000 morts imputables au tabac chaque année, dont 20.000 par cancer du poumon.

La loi antitabac ne fait pas l'unanimité et la grogne est perceptible dans certains secteurs professionnels. Pour le président de la Confédération des buralistes, René Le Pape, «le fait de jeter nos clients fumeurs à la rue revient à se tirer une balle dans le pied».

Interdiction souple en Allemagne

La cigarette est également officiellement interdite depuis mardi matin dans les bars et restaurants de la plupart des régions d'Allemagne. Mais cette mesure est assortie de larges exceptions puisque, sauf en Bavière, les établissements pourront se doter de salles séparées pour les fumeurs.

Les opposants aux nouvelles règles fourbissent leurs armes pour contourner les nouvelles règles: le quotidien populaire Bild rapportait mardi le cas d'un bar berlinois que sa gérante a décidé de transformer en «club privé», en distribuant à ses fidèles clients des cartes (gratuites) de membres. Ainsi la cigarette y restera autorisée, argumente-t-elle.

Les fumeurs vont devoir changer leurs habitudes également au Portugal à partir de mardi, avec l'entrée en vigueur d'une loi anti- tabac qui interdit de fumer dans les lieux publics, en dehors d'espaces réservés.

Quatre cantons suisses

Dans d'autres pays européens, l'interdiction de fumer dans les établissements est déjà totale, notamment en Grande-Bretagne, en Italie ou encore en Suède. L'Irlande fut le premier pays au monde à adopter pareille mesure en mars 2004.

En Suisse, une interdiction de fumer dans les cafés et les restaurants est en vigueur dans quatre cantons: Tessin, Soleure, Grisons et Appenzell Rhodes-Extérieures. Au niveau fédéral, une législation anti-fumée (loi bannisant la fumée des bâtiments publics et de travail) est en cours d'examen au Parlement. (ats)

Ton opinion