Défense: La France va exporter pour 10,5 milliards en 2009

Actualisé

DéfenseLa France va exporter pour 10,5 milliards en 2009

La France va exporter pour 7 milliards d'euros (10,5 milliards de francs environ) de matériels de défense en 2009 et «cette croissance se poursuivra en 2010, certainement grâce (à l'avion de combat) Rafale», a déclaré un responsable de l'armement dans un entretien au journal Le Monde.

Le délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon observe que le marché mondial de l'armement est «en croissance continue, à 70 milliards d'euros cette année» et que la France «reste le quatrième exportateur mondial».

«On retrouve les chiffres d'affaires de la &grande époque&», estime-t-il. Mais «avec la crise, on voit réapparaître des acteurs extrêmement agressifs au plan commercial, Chinois, Russes, Américains», ajoute-t-il. M. Collet-Billon rappelle que les commandes passées par la Délégation générale pour l'armement (DGA) dans l'industrie et la recherche vont se monter à 20 milliards d'euros en 2009.

Audit financier

Interrogé sur le programme d'avion de transport militaire A400M qui a pris du retard, M. Collet-Billon précise qu'un «audit financier sur les comptes A400M du groupe aéronautique français EADS sera disponible au début de la semaine prochaine». «A partir de là, nous allons attaquer la négociation financière», poursuit-il. «On s'est donné jusqu'à la fin de l'année pour aboutir».

«En France, nous maintenons la quantité d'appareils commandés», déclare encore M. Collet-Billon, qui estime que l'avion «va voler fin novembre-début décembre».

Des prix au rabais

Sur le dossier de la vente de Rafale au Brésil, il affirme que «tout ce qui est dit sur le prix et sur la réduction du prix est faux». «Il est comparable à celui d'un Rafale français avec tous ses équipements», dit le délégué général pour l'armement. «Nous espérons arriver à un accord le plus vite possible, début 2010», déclare-t-il.

Un journal français avait affirmé début novembre que le constructeur Dassault, en compétition avec l'Américain Boeing et le Suédois Saab pour fournir 36 avions de chasse au Brésil, avait baissé son prix de vente de 98 à 50 millions d'euros l'unité pour augmenter ses chances de remporter la mise, ce que le groupe français avait aussitôt démenti. (afp)

Ton opinion