Actualisé 03.03.2008 à 22:59

La fumée ne passera pas l'été

Cigarettes et pipes seront interdites dès le 1er juillet à Genève. Les amendes s'élèveront
à 10 000 fr. au maximum.

Une pétition circule depuis hier pour demander «des exceptions et des aménagements» à la loi sur la fumée adoptée il y a neuf jours. Mais la fumée sera effectivement bannie des bars, restaurants et autres lieux publics début juillet. A la suite du plébiscite de l'initiative «Fumée passive et santé», le gouvernement avait annoncé qu'il ne tarderait pas à agir. «Nous avons laissé un laps de temps pour que les gens concernés puissent s'organiser», a tempéré hier le président du Conseil d'Etat, Laurent Moutinot. L'interdiction de «tout ce qui est fumable» induit évidemment des sanctions pour les contrevenants. Les amendes iront de 100 fr. à 1000 fr. pour les fumeurs.

Elles oscilleront entre 100 fr. et 10 000 fr. pour les exploitants. «Nous avons observé, chez nos voisins, que c'est plus dissuasif ainsi.» Le président se veut néanmoins rassurant. «Les premiers temps, les amendes se situeront dans la fourchette basse.» Le couperet de l'interdiction ne tombera pas sur les «lieux publics qui sont en réalité privatifs», comme les cellules de prison ou les chambres d'hôtel, par exemple. Les détaillants spécialisés dans le tabac seront eux aussi exemptés, à condition de disposer d'un lieu de dégustation, tout comme la zone de transit de l'aéroport, qui aura le droit d'exploiter un fumoir comme l'y autorisent les prescriptions internationales.

Renaud Bournoud

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!