Nendaz-Veysonnaz (VS): La fusion des remontées mécaniques piétine

Actualisé

Nendaz-Veysonnaz (VS)La fusion des remontées mécaniques piétine

L'effet suspensif, demandé par les opposants, a été accordé. L'inscription au Registre du commerce ne peut pas être faite.

photo: Keystone/Archives

La fusion des entreprises de remontées mécaniques Télénendaz et Téléveysonnaz n'est pas encore entérinée. Dans une décision du 5 août, le Tribunal cantonal a interdit au préposé du Registre du commerce de procéder à l'inscription. Il a accordé un effet suspensif, requis par les opposants en parallèle au recours déposé contre le jugement du tribunal de district d'Hérens-Conthey le 28 juillet, a indiqué lundi l'avocat des opposants.

Les actionnaires minoritaires, opposés à la fusion, reprochent au conseil d'administration de Télénendaz un manque de transparence. Ils ont réclamé des rapports d'évaluation des deux sociétés et des comptes de pertes et profits dont ils n'ont obtenu que des exemplaires lacunaires. Ils nourrissent des doutes quant à la sauvegarde des intérêts de Télénendaz dans cette opération.

La fusion a été acceptée début mai par 76,64% des actionnaires de Télénendaz. Mais des actionnaires minoritaires avaient fait part de leurs doutes, sans pouvoir obtenir un report du vote. Ils ont maintenu la pression après le vote en s'opposant à l'inscription de la société fusionnée au Registre du commerce.

Le 28 juillet, le tribunal du district d'Hérens-Conthey a tranché en faveur de la fusion, estimant qu'il n'y avait pas de manquements aux exigences légales. Les opposants ont déposé un recours assorti d'une requête de mesure super-provisionnelle contre l'inscription au Registre du commerce.

L'effet suspensif n'est pas automatique, d'où la nécessité de le demander, précise l'avocat des opposants. Si l'inscription est faite, elle serait alors constitutive de la nouvelle société et il serait très difficile par la suite de faire machine arrière. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion