Actualisé 03.05.2011 à 09:54

Suisse

La gale fait de plus en plus de ravages

Cette maladie de la peau, transmise par les renards aux animaux domestiques, ne cesse de se répandre dans le canton de Berne. Les gardiens de la faune mettent en garde la population.

de
rga
Les vétérinaires conseillent aux propriétaires de chiens de garder leurs chiens en laisse lorsqu'ils parcourent la campagne.

Les vétérinaires conseillent aux propriétaires de chiens de garder leurs chiens en laisse lorsqu'ils parcourent la campagne.

Cette affection peu ragoûtante est provoquée par un parasite qui s'incruste sous la peau des animaux sauvages, mais aussi chez les animaux domestiques. Les gardes-chasse bernois sont particulièrement inquiets puisqu'ils ne cessent de découvrir de nouveaux cas de gale chez les renards, notamment dans le Seeland et à proximité immédiate de la ville fédérale. Le garde-chasse Romeo de Monaco explique dans la «Berner Zeitung» qu'en raison de l'absence de toute statistique officielle, il est impossible de chiffrer le nombre d'animaux atteints ou morts de cette maladie.

Les animaux domestiques particulièrement menacés

La gale peut se transmettre à d'autres animaux, notamment aux chiens. Tout contact entre le chien et le renard est à risques. Et lorsque les animaux domestiques sont atteints de cette maladie, la gale peut littéralement «passer à l'homme». Heureusement, l'être humain peut facilement être soigné par voie médicamenteuse.

Cas en augmentation

Alors que les renards meurent de cette maladie, les toutous et minets des êtres humains peuvent être sauvés lorsque l'on intervient à temps. L'hôpital des animaux à Berne soigne en moyenne sept à dix cas par année. Selon la vétérinaire Marie-Pierre Ryser, qui étudie cette épidémie pour les services de la Confédération, «le nombre de cas domestiques est en forte augmentation».

Ryser explique que la gale se propage rapidement en raison du nombre toujours plus élevé de renards. Ces bêtes se nourrissent de plus en plus souvent des déchets urbains. Une fois installés, les animaux malades peuvent infecter une entière. « Bien que près de 90% des renards atteints en meurent, cette maladie continue à se propager. Ce n'est pas une catastrophe, juste une technique de la nature pour se débarrasser d'un surplus encombrant», constate la vétérinaire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!