Genève: La garde partagée, modèle ignoré par le parascolaire

Actualisé

GenèveLa garde partagée, modèle ignoré par le parascolaire

L'accueil hors temps scolaire, vu l'afflux de bambins, se rigidifie dès la rentrée. Un beau-père proteste, le GIAP explique.

par
Jérôme Faas
La nouvelle plateforme électronique du parascolaire proscrit empêche d'inscrire son enfant selon des horaires irréguliers.

La nouvelle plateforme électronique du parascolaire proscrit empêche d'inscrire son enfant selon des horaires irréguliers.

Jusqu'alors, les inscriptions au parascolaire (la prise en charge à midi et le soir des écoliers) étaient flexibles. «On leur avait fait un planning avec des semaines A et B», explique Ludovic: la fille de son épouse, 8 ans, vit une semaine avec eux et l'autre chez son papa. «Nous avons moins besoin du parascolaire que lui.» Le double horaire satisfaisait tout le monde. Mais c'est fini. Pour la rentrée, les inscriptions se font via un portail internet, avec un système d'abonnement rigide.

«C'est très problématique pour les parents séparés qui n'ont pas forcément les mêmes horaires et modes de vie», regrette Ludovic. Le nouveau règlement du GIAP (Groupement intercommunal pour l'animation parascolaire) est clair: les inscriptions sur planning ne sont admises qu'en cas d'horaires professionnels irréguliers des parents ou de demande d'un service social. «Sans aucun jugement de valeur, la garde partagée/alternée n'est pas prise en compte car elle relève des choix familiaux des parents et répond à des motivations d'ordre privé», expose le directeur Nicolas Diserens.

Il contextualise le problème. Le GIAP accueille 75% des enfants scolarisés, 27' 000 à ce jour. «La quantité très importante d'enfants et la forte augmentation des demandes particulières nous ont obligés à prendre des mesures. (...) Notre mission d'accueil collectif ne nous permet pas d'individualiser la prise en charge de chaque enfant.»

Parents satisfaits

Secrétaire générale de la Fapéo, la Fédération des association de parents, Anne Thorel Ruegsegger salue le nouveau système d'inscription par internet. «Les parents le réclament depuis dix ans.» Vu l'explosion des effectifs, elle comprend la nécessité de simplifier la gestion de la prise en charge. «On n'est plus dans un système au cas par cas, et les cas de garde alternée avec horaires différents ne concernent que peu de familles.» Mais la Fapéo sera attentive au bilan qui, elle l'espère, sera fait après la mise en oeuvre du nouveau système.

Solution coûteuse

Deux possibilités s'offrent à Ludovic s'il veut des horaires différenciés: prendre un abonnement maximum et excuser l'enfant quand il est absent. Mais la présence planifiée est facturée. Ou conclure un abonnement minimum et acheter des présences irrégulières supplémentaires, majorées de 50%. Les deux options navrent Ludovic, qui note que ce qu'il qualifie de «pénalité financière» frappe des parents célibataires plus exposés que d'autres aux problèmes d'argent.

Ton opinion