Actualisé 31.08.2013 à 19:01

SuisseLa Gauche contre l'abolition du service militaire

Le parti La Gauche appelle les citoyens à refuser l'initiative populaire du Groupement pour une Suisse sans armée (GSsA) le 22 septembre, même s'il est contre l'armée.

Ce texte «offre un boulevard à une professionnalisation de l'armée», ce que la Gauche ne veut pas, a déclaré samedi le secrétaire du collectif national, Frédéric Charpié, lors de l'émission «Forum» de la RTS.

De plus, abolir le service militaire obligatoire reviendrait à supprimer ses côtés «à peu près acceptables» comme son caractère populaire et la diversité sociale. Mais surtout, l'initiative abroge l«obligation de faire un service civil, soit l«obligation de consacrer un temps pour la collectivité.

Toutes les sections de La Gauche ne partagent toutefois pas ce mot d'ordre. Celles de Zurich et de Schaffhouse appellent les citoyens à accepter l'intiative du GSsA, précise leur site internet. La section bernoise laisse la liberté de vote, alors que celle de Winterthour invite le peuple à glisser un «non» dans l'urne.

Liberté de vote sur les vaccins

Concernant les autres objets des votations fédérales du 22 septembre, la Gauche refuse sans surprise la libéralisation des magasins de stations-service. Elle ne veut pas «encore plus précariser des emplois» et estime qu'un besoin réel n'existe pas, écrit-elle sur son site internet.

Le parti à gauche de la gauche laisse en revanche la liberté de vote sur la révision de la loi sur les épidémies. Les deux parties «nous semblent avoir des arguments valables»: d«un côté la demande de liberté individuelle et la dénonciation de pressions de lobbys pharmaceutiques et de l«autre une vaccination obligatoire qui serait faite pour le bien collectif en cas de danger majeur et sous le contrôle de l«Etat. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!