Elections cantonales GE: La gauche de la gauche part à nouveau en ordre dispersé
Actualisé

Elections cantonales GELa gauche de la gauche part à nouveau en ordre dispersé

A Genève, la désunion risque de coûter cher à l'extrême gauche lors de l'élection du Grand Conseil.

Deux listes se font concurrence. L'une est emmenée par l'ex-conseiller d'Etat Christian Grobet, l'autre est constituée par solidaritéS et le Parti du travail.

Jeudi, les représentants de la liste «Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du social» ont pourtant affirmé devant les médias se distinguer de l'extrême gauche. «Nous n'avons pas de référence idéologique», a souligné son président Christian Zaugg. Fer de lance de cette liste, Christian Grobet souhaitait que l'association de défense des aînés AVIVO, dont il est trésorier, présente une liste, mais il n'avait pas été suivi par la base.

Six ou sept Indépendants

Sur une vingtaine de candidats, six ou sept sont des Indépendants de gauche, a poursuivi jeudi M. Zaugg. Le reste est composé de personnes «de la société civile». Le conseiller municipal de la Ville de Genève s'est dit confiant que la liste atteigne le quorum de 7% cet automne et puisse ainsi envoyer une députation au Grand Conseil.

»Nous ne sommes pas en compétition avec qui que ce soit», a pour sa part insisté Salika Wenger. «Nous sommes simplement du côté des gens en difficulté.» En cas d'élection, les députés du mouvement refuseront toutefois de voter comme la droite et le Mouvement citoyens genevois (MCGe).

Priorité aux chômeurs genevois

La liste «Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du social» a pourtant un point commun avec le parti populiste. Elle estime que les accords bilatéraux sur la libre circulation des travailleurs n'ont pas profité aux habitants de Genève et réclame qu'à compétences égales, des chômeurs locaux soient embauchés.

Il y a quatre ans, la gauche de la gauche avait subi une terrible déconvenue lors de l'élection au Grand Conseil. Ses candidats s'étaient perdus sur plusieurs listes et aucune d'elles n'avait atteint le quorum, privant ainsi l'extrême gauche d'une tribune au parlement cantonal.

(ats)

«Ce sera son chant du cygne»

Le président du Parti du travail genevois s'est dit serein après la présentation officielle de la liste emmenée par Christian Grobet. Jean-Luc Ardite affirme que la coalition que forme son parti avec SolidaritéS ne perdra pas de voix face à l’autre liste de la gauche radicale. «Nous sommes sûrs d’atteindre le quorum, assène-t-il. La liste de M. Grobet ne nous fait pas d’ombre.»

Donc pas de choc possible entre les deux listes selon Jean-Luc Ardite. Pour lui, elles ne luttent pas sur le même terrain. «Nous avons toujours eu la même ligne politique. La liste en question affirme vouloir défendre les aînés et les locataires, mais elle n’est pas soutenue par l’AVIVO et l’ASLOCA. Il n’y a pas de sérieux politique, Christian Grobet est en train de se décrédibiliser. Les prochaines élections s’annoncent comme le chant du cygne pour lui».

Il regrette enfin le comportement de l’ancien Conseiller d’Etat. «Nous lui avions proposé de venir sur note liste. Mais il ne nous a jamais répondu, et j’ai appris sa candidature dans les médias».

Ton opinion