Immigration clandestine: La gendarmerie réalise un gigantesque coup de filet
Actualisé

Immigration clandestineLa gendarmerie réalise un gigantesque coup de filet

Les forces de l'ordre ont interpellé tôt mardi matin 194 personnes lors d'une vaste opération de gendarmerie et de police contre l'immigration clandestine à Calais et ses environs.

Cette opération visant à «déstabiliser les filières» de passeurs, selon la préfecture du Pas-de-Calais, intervient à deux jours de la visite du ministre de l'Immigration Eric Besson à Calais.

Selon la préfecture, 44 personnes d'origine afghane, iranienne ou irakienne, ont été placées en garde à vue après trois opérations menées au petit matin près de l'A26 par les gendarmes et 150 autres personnes, afghanes et pakistanaises, ont été interpellées par la police dans «la Jungle», la zone industrielle des Garennes à Calais.

«Conduites dans le cadre judiciaire de réquisitions des parquets de Boulogne-sur-Mer, Béthune et Saint-Omer, ces opérations ont mobilisé environ 500 personnels, dont 225 CRS ou gendarmes mobiles employés à sécuriser les interventions», a précisé la préfecture dans un communiqué ajoutant qu'elles se sont déroulées sans «aucun incident».

«En zone de gendarmerie, les contrôles opérés sur l'aire de Saint-Hilaire Cottes et au péage de Setques sur l'A26, ainsi que sur la zone Transmarck près de Calais, ont conduit au placement en garde à vue de 44 personnes d'origine afghane, iranienne ou irakienne», selon la préfecture. «En zone de police, l'opération ciblée conduite dans la zone industrielle des Garennes, dite «la Jungle», a permis l'interpellation de 150 personnes afghanes ou pakistanaises, aussitôt placées en garde à vue».

D'après la préfecture du Pas-de-Calais, «cette intervention a été l'occasion de dénombrer une présence très importante de migrants -dont de nombreux mineurs sur ce site, et de constater avec les services techniques de la ville de Calais un état d'insalubrité très préoccupant».

«Opérées en continuité des nombreuses actions menées ces dernières semaines contre les passeurs, ces interpellations sont susceptibles de livrer d'intéressants renseignements sur les filières, dont le démantèlement est l'objectif principal de la politique conduite par les autorités gouvernementales», a assuré la préfecture.

Le ministre de l'Immigration Eric Besson, qui doit se rendre jeudi à Calais, s'est déclaré mardi «totalement solidaire» de cette opération.

«Je savais qu'elle allait se tenir. C'est une opération qui doit contribuer au démantèlement des filières d'immigration clandestine», a affirmé Eric Besson, réagissant à l'opération menée à Calais en marge d'une conférence de presse. «Je suis totalement solidaire de l'opération qui a été conduite», a ajouté le ministre. Interrogé sur la coïncidence entre cette opération et son déplacement à Calais prévu jeudi, il a répondu: «parfois, il y a un peu de hasard et de la nécessité».

Son cabinet avait annoncé la veille que le ministre se rendrait jeudi à Calais pour annoncer ses «premières propositions» sur la situation des centaines de migrants qui affluent dans l'espoir d'un passage vers la Grande-Bretagne.

Eric Besson s'était rendu à Calais le 27 janvier, quelques jours après sa nomination en remplacement de Brice Hortefeux. Il avait alors promis de rendre la frontière vers la Grande-Bretagne «étanche» et avait été interpellé sur la situation humanitaire des migrants présents dans la région. (ap)

Ton opinion