Actualisé 23.01.2009 à 12:31

RetraiteLa génération proche de la retraite a dit «oui» à l'initiative sur l'AVS

L'analyse des votations du 30 novembre dernier montre que la génération proche de l'âge de la retraite a dit «oui» à l'initiative «pour un âge de la retraite flexible».

Ce sont néanmoins des raisons d'ordre économique qui ont incité une majorité à glisser un «non» dans l'urne, selon l'analyse VOX publiée vendredi à Berne.

L'initiative des syndicats a été considérée comme le plus important des cinq objets figurant au menu de la votation fédérale, ont relevé dans leur analyse l'institut gfs.berne et l'Université de Zurich. L'appartenance linguistique et l'âge ont eu une forte influence sur la décision des citoyens.

Le «fossé de rösti» s'est creusé entre une Suisse romande favorable et une Suisse alémanique opposée. En outre, les avis favorables augmentent en fonction de l'âge des votants. Ils atteignent un maximum de 57% dans la catégorie des 50-59 ans, avant de descendre jusqu'à 27% chez les plus de 70 ans. Celui qui approche de la retraite est plus favorable à l'initiative que celui pour qui ce n'est pas encore une préoccupation ou celui pour qui ce n'en est plus une, ont constaté les experts.

Malgré des bases favorables

L'objet reposait toutefois sur des bases susceptibles de réunir une majorité des citoyens. Deux tiers des citoyens interrogés sont d'avis que la flexibilité de l'âge de la retraite a du retard. Nombre d'entre eux considèrent également comme forte la sécurité financière de l'AVS. La majorité de ceux qui ont dit «non» ont avancé des raisons économiques, notamment que l'évolution démographique ne permettait pas une extension des prestations. Les milliards versés pour le sauvetage de l'UBS n'ont pas pesé lourd, bien que beaucoup de «nein-sager» considéraient que dans ces conditions, il y avait assez d'argent pour l'AVS.

L'approbation de l'initiative pour l'imprescriptibilité des actes de pornographie enfantine est une surprise. La campagne de votation n'a guère été animée et ce sont des sentiments qui sont à l'origine de la décision des votants. Beaucoup étaient conscients des lacunes de l'initiative mais l'intention de vouloir faire tout ce qui est possible pour condamner les pédophiles a été la plus forte, ont relevé les spécialistes.

Contenu exagéré

L'analyse VOX montre également que le Parti radical démocratique (PRD), avec sa première initiative populaire nationale, a à peine pu réunir une majorité parmi ses membres. Rejetée par deux tiers des votants, l'initiative visant à limiter le droit de recours des associations de défense de l'environnement était contestée dans ses propres rangs. Les politologues ont observé que la connaissance du sujet était faible et qu'un nombre considérables de votants exagéraient le contenu du texte.

C'était également le cas pour les deux objets sur la drogue, y compris la nouvelle loi sur les stupéfiants dont le contenu n'était pas bien connu. Par contre, le sens de l'initiative «pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse» était clair pour beaucoup et cela ne lui a pas profité. Malgré cela, 11% des votants l'ont approuvée alors qu'ils s'opposaient à la libéralisation du cannabis, ce qui était pourtant l'objectif de l'initiative. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!