La génération Z arrive et va faire changer le monde du travail

Publié

EntreprisesLa génération Z arrive et va faire changer le monde du travail

Les jeunes ont des exigences nouvelles auxquelles les entreprises doivent s’adapter, sous peine de difficultés à recruter.

Les jeunes arrivent en emploi et vont pouvoir tenir le couteau par le manche.

Les jeunes arrivent en emploi et vont pouvoir tenir le couteau par le manche.

Pesels/cottonbro

C’est le patron d’Europa-Park qui a lancé un pavé dans la mare. «Ces jeunes arrivent et ne veulent travailler que trois jours par semaine alors qu’ils pourraient s’investir et faire carrière», a-t-il jugé, disant faire face à des difficultés de recrutement. Or, que cela lui plaise ou non, il risque bien de devoir s’adapter. La génération Z (lire ci-dessous) arrive en force sur le marché du travail et pose des défis, puisqu’elle vient avec des exigences nouvelles, accueillies tantôt froidement, tantôt avec bienveillance par les milieux professionnels.

Intérêt pour plus de temps libre plutôt que pour les carrières, importance de la flexibilité horaire et du télétravail, des valeurs et du sens des tâches, ça ne plaît pas toujours aux patrons. «Les jeunes de 20 ans ont rarement une bonne raison pour justifier de ne pas travailler à temps plein», tacle par exemple Diana Gutjahr, de l’Union suisse des arts et métiers, qui dénonce aussi la retenue affichée pour faire carrière et prendre des responsabilités. «Ils devraient être des modèles et rendre à la société ce qu’elle leur a payé», mentionnant les études qu’ils terminent.

Mieux vaut des vacances en plus plutôt qu’un gros bonus

Certains secteurs se prêtent peu au modèle de la génération Z (industrie, commerce), d’autres peuvent s’y adapter, et le font déjà. La Poste et Swisscom indiquent par exemple s’atteler à garantir une part de télétravail et proposer des postes à temps partiel, parfois annualisés, ou des programmes de vacances supplémentaires. Andy Müller, porte-parole de l’Union patronale suisse, constate que «les besoins de la génération Z sont perceptibles et pris au sérieux», citant aussi des organisations hiérarchiques plus horizontales.

La fin des «workaholics»

Générations: des tendances

Votre témoignage nous intéresse

(mur/mon/ywe)

Ton opinion

351 commentaires