Actualisé 09.05.2017 à 14:41

Rade à réaménager

La Genève du futur se dévoile en images

Les autorités du bout du lac estiment que le pourtour du Léman n'est pas assez mis en valeur. Elles ont organisé un concours d'idées pour imaginer ce à quoi il pourrait ressembler. Résultats.

de
tpi
1 / 5
Rive gauche, le lauréat du concours propose de surélever légèrement le mur séparant le lac de la route pour y créer des espaces commerciaux.

Rive gauche, le lauréat du concours propose de surélever légèrement le mur séparant le lac de la route pour y créer des espaces commerciaux.

Ville de Genève
Rive droite, la portion entre la rotonde du Mont-Blanc et les Bains des Pâquis accueillerait un ponton en bois lui-même percé d'une piscine.

Rive droite, la portion entre la rotonde du Mont-Blanc et les Bains des Pâquis accueillerait un ponton en bois lui-même percé d'une piscine.

Ville de Genève
Enfin, une plage relierait les Bains à la Perle du Lac.

Enfin, une plage relierait les Bains à la Perle du Lac.

Ville de Genève

La rade de Genève («la Rade») est une vieille dame. Elle a été pensée et réalisée au XIXe siècle. Depuis lors, à l'exception notable des Bains des Pâquis dans les années 1930, aucun travail de mise en valeur n'a été entrepris. Pire, des hangars et des pontons pour bateaux y ont pris racine et encombrent l'espace, rendant l'accès au lac compliqué. «C'est un site sublime dont le potentiel n'est pas totalement réalisé. Il ne répond plus aux besoins de la population et des touristes», résume Guillaume Barazzone. Le maire de la Ville a donc lancé l'an passé un concours d'idées afin de donner un nouveau souffle au périmètre long de 5,5 km. Les résultats ont été rendus publics ce mardi.

Respecter le patrimoine et l'histoire des lieux était la seule contrainte imposée aux participants. Sur les septante dossiers déposés, le jury composé d'experts locaux et internationaux en a retenu quatre, jugés complémentaires. Ils partent tous d'un même postulat: la nécessité de libérer l'espace entre la rue et l'eau de tout ce qui l'encombre actuellement. Une proposition pas si fantaisiste, puisque la réalisation de la future plage des Eaux-Vives et de son nouveau port permettra dès 2020 d'éloigner les parcages à bateaux du centre-ville. Rive droite, un projet au Vengeron, espéré à l'horizon 2023, doit produire le même effet.

Les projets retenus

Le lauréat du concours, l'architecte genevois Pierre-Alain Dupraz, s'est concentré sur l'aménagement de l'espace entre le trottoir qui surplombe l'eau et celui qui le sépare du Léman. Il propose d'y créer différents types d'activités. Rive gauche, il souhaite creuser des locaux commerciaux et administratifs sous ce même trottoir (voir notre diaporama). Rive droite, la promenade serait décomposée en trois temps. Le premier, entre le pont et la rotonde du Mont-Blanc, accueillerait les activités de la CGN. Ensuite, une esplanade en bois prendrait le relais jusqu'aux Bains des Pâquis. Une piscine y serait percée. Enfin, une plage ferait la liaison jusqu'à la Perle du Lac.

Le projet arrivé en deuxième position s'intéresse aux rues qui mènent au lac. Le dossier monté par des étudiants propose de créer des liens directs entre les quartiers et l'eau, en rendant certaines rues piétonnes. Une manière d'ancrer le Léman dans la cité. La solution phare du troisième lauréat est de construire un anneau sur l'eau, accroché à la future passerelle piétonne du Mont-Blanc. Le site offrirait une baignade sécurisée et des débarcadères pour la CGN. Une quatrième idée a été saluée par le jury: afin de libérer totalement la Rade des bateaux privés, elle propose de construire un parking sous-lacustre pour ces embarcations, accessibles par un jeu d'écluses.

Pas de concrétisation à court terme

Ce concours d'idées n'a aucune force contraignante, rappelle Guillaume Barazzone. Le coût des différents projets n'a d'ailleurs pas été chiffré. Le but est d'offrir une base de réflexion aux différents acteurs concernés – autorités, pêcheurs professionnels ou encore associations de quartier ou de préservation du patrimoine – «pour être prêts dans quelques années» à agir si la possibilité se présente. Auquel cas, des éléments extraits des différents projets primés pourraient être retenus.

«Ne pas encombrer le site»

Le président de Patrimoine Suisse Genève et conseiller national Vert Robert Cramer salue l'initiative du maire. «Je regrette par contre l'absence d'un spécialiste de la protection du patrimoine au sein du jury. Mais si j'ai bien compris, cette première étape joue le rôle de base de discussion pour la suite. Mais il ne faudra pas nous oublier, sinon ça pourrait être une source de blocages.» Robert Cramer n'a pas encore pu prendre connaissance du contenu des projets retenus mais estime que «si on a envie de préserver le site, le plus important est de ne pas l'encombrer.»

Visites virtuelles

Les projets retenus peuvent être consultés sur le site larade.ch. Des panneaux d'information ont également été installés en trois endroits autour de la rade. Enfin, une application mobile (La Rade) permet de se promener virtuellement dans les espaces proposés par les vainqueurs du concours.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!