Actualisé 15.08.2017 à 11:34

GenèveLa gestion comptable de la mosquée inquiète l'Etat

L'autorité de surveillance des fondations estime notamment que l'organe de direction du lieu de culte possède une caisse noire.

von
jef
La grande mosquée du Petit-Saconnex est la plus grande de Suisse.

La grande mosquée du Petit-Saconnex est la plus grande de Suisse.

Keystone/Salvatore di Nolfi

La Fondation culturelle islamique de Genève (FCIG), qui gère la mosquée du Petit-Saconnex, la plus grande de Suisse, est dans l'œil du cyclone. La «Tribune de Genève» révèle que l'autorité cantonale de surveillance des fondations (Asfip) a débusqué un certain nombre d'éléments jugés peu conformes à l'orthodoxie comptable. A tel point qu'elle a mandaté le cabinet Ernst & Young pour approfondir les opérations de contrôle.

Selon divers courriers de l'Asfip, auxquels a eu accès le quotidien genevois, celle-ci reproche à la FCIG de ne pas comptabiliser les dons qu'elle perçoit, autrement dit d'avoir une caisse noire. Elle s'étonne de frais payés à son directeur en sus de son salaire, notamment du mobilier, de l'électroménager et de l'audiovisuel. Elle observe que la direction et un imam sont à la fois salariés de la fondation et membres de son conseil constitutionnel, un mélange des fonctions douteux. Enfin, elle constate que la FCIG a effectué des prêts à certains collaborateurs, fonctionnant comme une banque.

Le directeur général de la mosquée, Ahmed Beyari, dit à la «Tribune de Genève» «laisser le soin aux autorités de procéder à toutes les investigations nécessaires. (…) Nous n'avons rien à cacher.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!