HOCKEY : La glace de Berne refroidie par les critiques
Actualisé

HOCKEY La glace de Berne refroidie par les critiques

La surface de jeu de la patinoire de Berne souffre constamment des écarts de température. Une situation qui fausse la donne, selon le coach de Berne Larry Huras. Explications.

Larry Huras, quel est le problème avec la glace de la PostFinance Arena?

Il est d'ordre technique et résulte des écarts de température enregistrés au sein même de la patinoire. Concrètement, lorsqu'il fait chaud, la glace doit être plus épaisse, et inversement en cas de baisse de température, comme ce fut parfois le cas durant le tournoi. Les techniciens doivent donc constamment s'adapter au climat. C'est très compliqué.

Et cela alimente les critiques…

Plusieurs joueurs se plaignent effectivement d'une glace trop molle. Il a fait très chaud cette semaine et on voit bien que, dans ces conditions, la glace est très vite «cicatrisée». Les trajectoires des pucks sont faussées et la rondelle rebondit sur les crosses des joueurs…

La qualité de la glace peut-elle favoriser l'une ou l'autre des équipes?

Oui, c'est évident. Les Etats-Unis développent un jeu beaucoup plus direct que les Russes, par exemple, qui s'appuient sur une stratégie de succession de passes. Selon moi, les USA ont clairement été avantagés cet après-midi, même si cela ne les a finalement pas empêché de perdre…

Sur les quatre demi-finalistes, seul le Canada a débuté son tournoi à Kloten. Est-ce à dire que les autres équipes qui ont évolué à Zurich n'ont pas su s'adapter à la glace bernoise?

Certainement. Je suis convaincu qu'il y a un peu de cela dans les éliminations de la République Tchèque et de la Finlande en quarts de finale.

Pourquoi Kloten ne connait pas ce problème?

Parce que la Kolping Arena est tout simplement mieux isolée!

Julien Caloz, Berne

Ton opinion