Grève des journalistes: La Grèce sera privée d'infos
Actualisé

Grève des journalistesLa Grèce sera privée d'infos

Les syndicats des journalistes grecs ont entamé jeudi deux grèves de 48 heures, pour réclamer le maintien de leurs salaires et emplois, frappés par la crise.

La Grèce sera privée d'information nationale jusqu'à lundi.

La Grèce sera privée d'information nationale jusqu'à lundi.

Pendant quatre jours, radios et télés grecques ne vont diffuser aucun bulletin, et l'agence de presse grecque (ANA, semi-officielle) va rester muette. Les sites d'information ne seront pas actualisés, et les journaux ne paraîtront pas de vendredi à lundi, tandis que certains groupes de presse ont avancé à jeudi la publication de leurs titres dominicaux.

Ce mouvement, sans précédent depuis une grande grève en 1976, est également suivi par les techniciens et employés du secteur, et doit concerner tous les médias nationaux de la presse écrite et électronique, a indiqué à l'AFP le président de la Fédération panhellénique des journalistes, Stamatis Nikolopoulos.

Les unions de journalistes de la presse écrite et électronique, qui imposent à leurs membres le respect des mots d'ordre sous peine de sanctions, sont mobilisés depuis décembre contre une vague de coupes salariales et de licenciements, et pour la signature de conventions collectives en souffrance depuis 2009.

La crise économique et l'austérité endurées par la Grèce ont multiplié par deux, à 107,7 millions d'euros en 2010, les pertes des cinq principaux groupes de presse grecque, selon le quotidien Kathimérini, figurant parmi ces perdants. Les ventes ont chuté de 22%, tandis que la chute des recettes publicitaires est estimée à 20%. (afp)

Ton opinion