Actualisé 12.06.2012 à 11:13

Euro 2012 La Grèce veut montrer ses qualités

Très critiquée pour son football défensif, la Grèce a une bonne occasion de faire valoir ses qualités en allant chercher la victoire dans son deuxième match de l'Euro contre la République tchèque, mardi.

Championne d'Europe 2004, qualifiée pour les Euros 2008 et 2012 et pour la Coupe du monde 2010, la Grèce est, qu'on le veuille ou non, une nation qui compte sur l'échiquier mondial.

Championne d'Europe 2004, qualifiée pour les Euros 2008 et 2012 et pour la Coupe du monde 2010, la Grèce est, qu'on le veuille ou non, une nation qui compte sur l'échiquier mondial.

Les amoureux du beau jeu avaient pris la Grèce en grippe quand Rehhagel a imposé son schéma de jeu très défensif en 2004. Négation du football pour certains, garantie de s'ennuyer devant son poste de TV pour d'autres, le «Bateau pirate» n'a pas beaucoup d'alliés depuis lors. Ses récents résultats devraient quand même lui valoir un peu plus de respect.

L'équipe de Suisse, quand elle s'est qualifiée pour le Mondial 2010, a souvent dû faire face à une critique récurrente: sa poule était d'un insigne faiblesse, comme si terminer devant la Grèce au classement était une obligation, une formalité. L'analyse ne rend pas justice à des Grecs qui, s'ils ne sont que très rarement spectaculaires, affichent un bilan sur dix ans n'ayant rien à envier à des grands noms du football, comme l'Angleterre où la France.

Championne d'Europe 2004, qualifiée pour les Euros 2008 et 2012 et pour la Coupe du monde 2010, la Grèce est, qu'on le veuille ou non, une nation qui compte sur l'échiquier mondial. Le très bon match nul obtenu en ouverture contre la Pologne vendredi dernier la place d'ailleurs dans une position plutôt intéressante avant d'en découdre avec la République tchèque mardi à Wroclaw (18h00).

«Si Messi était Grec...»

Et, n'en déplaise à ses détracteurs, le «Bateau pirate» n'est plus tout à fait le même que celui dirigé par Rehhagel. Certes, Fernando Santos a conservé une approche défensive du jeu. «Pour nous, la tactique prime, expliquait-il avant l'Euro. Si Messi était Grec, il serait directement dans l'équipe. Mais nous n'avons pas de surdoué en Grèce, donc c'est l'esprit de corps, l'expérience du plus haut niveau et la polyvalence qui prévalent.»

Contre la Pologne, l'Ethniki Ellados s'est présentée dans un 4-3-3 à tendance 4-5-1 qui n'avait rien d'ultra-conservateur, du moins pas beaucoup plus que les systèmes choisis par bien des seize autres qualifiés. Sans complexe et faisant fi des médisances, la Grèce mise sur les forces qu'elle a à disposition. «Nous sommes un petit pays», rappelle le capitaine Karagounis qui, pour le coup, aurait pu être suisse. «Nous n'avons pas l'embarras du choix pour composer la sélection. Tous les joueurs sont importants. La clef de la réussite est de former une famille unie. C'est l'unité qui nous permettra de progresser.»

Mise en perspective

Solidité en défense et efficacité devant, un cocktail que les Tchèques ont déjà pu expérimenter face à la Russie, avec une défaite sans discussion (4-1) au bout. En panne de solutions offensives et fébrile sur ses bases, la formation de Michal Bilek n'abordera pas son deuxième match totalement sereine. Même la star de l'équipe, le gardien Petr Cech, a donné des signes inhabituels de fébrilité lors de la première partie.

Plutôt inquiétant, d'autant que la Narodni Tym a besoin d'une victoire si elle veut rester en course pour les quarts de finale. Or, avec sept succès et trois nuls, la Grèce est sortie invaincue des éliminatoires, ce que quatre autres sélections seulement ont réussi à faire. Et quelles sélections: Espagne, Allemagne, Italie et Angleterre ! De quoi, aussi, remettre en perspective les victoires de la Suisse 2-1 au Pirée et 2-0 à Bâle contre les Grecs dans la course au Mondial 2010... (ats)

Du 8 juin au 1er juillet, 20 minutes vibrera au rythme de l'Euro. Retrouvez les matches en direct vidéo et commentés sur notre site internet ou nos plateformes mobile. Nos retransmissions seront agrémentées de statistiques actualisées en temps réel sur les joueurs et les équipes.

Profitez également de notre dossier spécial qui comprend un calendrier des matches interactif, le classement de chaque groupe, ainsi que les statistiques des équipes, l'historique des compétitions et le descriptif des stades.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!