La greffe du pénis fait une percée médicale

Actualisé

La greffe du pénis fait une percée médicale

Les jours des défaillances érectiles sont comptés: la greffe du pénis artificiel progresse.

Des urologues américains sont parvenus à greffer avec succès un pénis artificiel à un lapin. Cette première médicale ouvre de nouvelle perspectives thérapeutiques dans le traitement des «pannes» masculines. Les chercheurs de l'Université Wake Forest, aux Etats-Unis, sont déjà parvenus à greffer des vessies artificielles sur des humains.

Selon le magazine The New Scientist, qui a publié la nouvelle, le pénis est un organe plus complexe qu'un vaisseau sanguin, une vessie ou un urètre. «La structure du pénis du lapin est similaire à celle de l'homme», explique Assaad el-Hakim, professeur adjoint d'urologie à l'Hôpital Royal Victoria.

Avant de procéder à des tests humains, il faudra passer par le chien ou des primates, expliquent les scientifiques dans la presse canadienne. Et ces étapes expérimentales prennent du temps: la première greffe de vessie artificielle chez le chien a été tentée en 1999. Il aura fallu sept ans pour que la technique soit jugée jugée fiable pour l'être humain.

(phf)

Ton opinion