Interlaken: La grêle sème la panique au Greenfield Festival
Actualisé

InterlakenLa grêle sème la panique au Greenfield Festival

Habitué de la pluie, le festival bernois a cette fois été fortement perturbé par deux autres acteurs: la grêle et l'orage, qui ont malmené des tentes et interrompu des concerts.

«C'est la huitième année que je viens et la pluie a toujours fait partie du programme», rigole Anna, une lectrice. Vendredi, les festivaliers ont d'abord accueilli les averses d'un bon ½il après la canicule de la journée: enchantés du rafraîchissement, ils en ont même profité pour se tremper les pieds.

Les choses se sont gâtées lorsque les intempéries ont atteint des niveaux inédits. «Quand la pluie s'est intensifiée, les gens ont commencé à courir dans tous les sens pour essayer de se mettre à l'abri, raconte Saskia, une autre festivalière. Mais cela n'a été qu'en empirant: un orage de grêle a malmené nos tentes.» Selon plusieurs lecteurs sur place, des tentes de la manifestation se sont effondrées, sans toutefois faire de blessés.

Face au déluge, la musique est vite passé au second plan. «Les concerts ont dû être interrompus, confirme Thomas Dürr, membre de l'organisation. Le problème n'était pas la grêle passagère, mais plutôt les quantités d'eau qui se sont abattues sur la zone. La tribune était sous l'eau et l'orage était très dangereux pour nos installations électriques.»

Ton opinion