La grève contre la réforme des retraites promet un jeudi noir en France

Publié

Chaos en vueLa grève contre la réforme des retraites promet un jeudi noir en France

Deux TGV sur trois supprimés, trains régionaux quasi à l’arrêt complet, métros perturbés, écoles fermées… Ce jeudi de mobilisation s’annonce chaotique.

Ce jeudi de manifestations s’annonce comme un jour de galère pour les usagers des transports publics, notamment.

Ce jeudi de manifestations s’annonce comme un jour de galère pour les usagers des transports publics, notamment.

REUTERS

Un jeudi de grève et manifestations, et de «galère» pour les usagers: à deux jours du coup d’envoi de la mobilisation contre la réforme des retraites, qui vise à relever l’âge légal de départ à 64 ans, les perturbations attendues dans plusieurs secteurs-clés, en premier lieu les transports et l’éducation, promettent d’être de grande ampleur.

«Ecole fermée le 19 janvier»: à Marseille comme ailleurs, des pancartes ont commencé à apparaître sur les portails. «Toute l’équipe enseignante sera en grève», précise l’une d’elles. Environ 70% de grévistes sont attendus dans les écoles maternelles et élémentaires. La grogne des profs ne devrait pas épargner non plus collèges et lycées. Des blocages d’établissements par des lycéens sont également à prévoir.

SNCF et RATP annoncent de fortes perturbations du trafic

La grève s’annonce très suivie dans les transports avec quasiment aucun train régional, très peu de TGV et un métro tournant au ralenti à Paris. Le trafic sera «très perturbé» à la RATP sur les réseaux RER et métro, avec trois lignes interrompues et dix autres exploitées seulement aux heures de pointe.

Les liaisons internationales connaîtront des fortunes diverses, entre un trafic «quasi normal» pour l’Eurostar et le Thalys et «fortement perturbé» pour le Lyria, qui assure les liaisons TGV entre la France et la Suisse. Les autres liaisons internationales sont, elles, interrompues.

Les perturbations n’épargneront pas le secteur aérien: en raison d’une grève d’aiguilleurs du ciel, la Direction générale de l’aviation civile a demandé aux compagnies d’annuler préventivement un vol sur cinq à Orly jeudi.

«Ce sera un jeudi de galère, (…) de fortes perturbations», a anticipé dès mardi matin le ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune, invitant au «télétravail quand c’est possible».

Le mouvement pourrait se prolonger jusqu’à fin mars

Le scénario d’un mouvement reconductible se dessine dans le secteur de l’énergie où «des baisses de production d’électricité» sont à prévoir, a prévenu le leader de la FNME-CGT Sébastien Menesplier, évoquant de possibles «coupures» visant les élus «qui soutiennent la réforme».

Une montée en puissance se profile aussi dans les raffineries, avec des préavis de 24 heures jeudi, puis 48 heures la semaine prochaine et 72 heures début février. Au dépôt TotalEnergies de Dunkerque, «les salariés sont très remontés» contre la réforme, affirme le secrétaire CGT Benjamin Salvino qui table sur une activité presque à l’arrêt jeudi, mais sans conséquence immédiate dans les stations-service.

Les syndicats unis se préparent à l’épreuve de force en espérant «des millions» de grévistes et de manifestants jeudi. Gouvernement et opposants à la réforme s’engagent en tout cas dans une course de fond avec comme horizon ultime le 26 mars, date limite pour une adoption définitive du texte au Parlement.

(AFP)

Ton opinion

68 commentaires