Genève: La grève couve aux TPG

Actualisé

GenèveLa grève couve aux TPG

En colère contre la direction des Transports publics genevois, les syndicats ont lancé un préavis de grève. Le transporteur se veut rassurant.

En novembre 2014, les employés des TPG avaient observé une journée de grève.

En novembre 2014, les employés des TPG avaient observé une journée de grève.

Keystone/Martial Trezzini

La tension monte d'un cran aux Transports publics genevois (TPG). Les trois syndicats qui représentent le personnel de la régie ont déposé vendredi dernier un préavis de grève, annonce lundi le «GHI». Depuis de longs mois, ils dénoncent des conditions de travail difficiles, notamment pour les chauffeurs. Fin septembre, ils avaient demandé à la direction des TPG que du personnel soit embauché.

Aujourd'hui, sur le site de l'hebdomadaire, les syndicats font part de leur exaspération: «A l'époque, la direction des TPG s'était engagée à donner rapidement une réponse. A ce jour, nous n'avons toujours rien reçu. Le Front Syndical ne peut accepter cette situation et, par conséquent, dépose un préavis de grève. Il est applicable jusqu'à nouvel avis.» «Tout est ouvert, ajoute Vinent Leggiero, du syndicat SEV. Il y a une vraie pénurie de personnel. Conséquence: chaque mois, des centaines de journées de congé sont supprimées. Les collègues sont au bout du bout de leur patience, ils ne voient pas d'issue à leur situation.»

Contacté, le directeur des TPG Denis Berdoz réagit: «Je suis surpris et déçu. Je n'ai reçu que le préavis de grève, sans autre explication. J'ai compris qu'il était lié à notre effectif limité, notamment au niveau du personnel roulant. Toutefois, malgré des contraintes budgétaires très importantes, nous allons procéder à l'engagement d'une quarantaine de personnes. Le budget a été voté. Nous commencerons donc l'année 2017 avec un effectif renforcé.»

(20 minutes)

Ton opinion