Suisse: La grippe a provoqué plus de décès en 2017
Actualisé

SuisseLa grippe a provoqué plus de décès en 2017

La grippe hivernale, qui a particulièrement touché les personnes âgées, a provoqué une augmentation du taux de mortalité en 2017.

La grippe hivernale a été meurtrière chez les personnes âgées.

La grippe hivernale a été meurtrière chez les personnes âgées.

Keystone

Le nombre de décès a augmenté l'an dernier, à cause de la grippe hivernale. La tendance à se marier continue d'être à la baisse, tout comme les divorces. Les partenariats entre femmes ont par contre connu un boom l'année dernière.

En 2017, près de 67'000 personnes sont mortes en Suisse. C'est 2000 (3,1%) de plus que l'année précédente, comme le montrent les résultats définitifs de la statistique du mouvement naturel de la population de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Cette augmentation est attribuée à la grippe hivernale, qui a particulièrement touché les personnes âgées.

D'autre part, le taux de natalité a légèrement diminué, passant de 87'900 en 2016 à 87'400 en 2017. Ainsi, le solde naturel, c'est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, est tombé à 20'400 (-10,9%). Le taux de natalité est resté stable à 1,5 enfant par femme, tout comme l'âge moyen de la mère à la naissance du premier enfant qui se monte à 30,8 ans.

La tendance à la hausse de l'espérance de vie ne devrait pas être affectée par cette augmentation à court terme de la mortalité. L'espérance de vie à la naissance chez les hommes a toutefois légèrement diminué de 81,5 à 81,4 ans, tandis que celle des femmes est passée de 85,3 à 85,4 ans. La différence entre les sexes était donc encore de 4 ans en 2017, contre 5,7 ans en 2001.

Moins de divorces

Le nombre de partenariats enregistrés a considérablement augmenté l'année dernière. Près de 800 couples de même sexe ont décidé de prendre cette voie. Cela représente une augmentation de 8,2%, qui est toutefois exclusivement le fait des couples de femmes ( 35% soit 79 couples de plus). Le nombre de couples d'hommes qui s'unissent a lui diminué (-3,8%, soit 19 couples de moins).

Du côté du mariage, la tendance est toujours à la baisse. Depuis le milieu des années 1990, le nombre de mariages est resté autour de 40'000 par an, alors que la population augmente régulièrement. En 2017, 40'600 mariages ont été célébrés, soit 2,5% de moins qu'en 2016.

D'un autre côté, on a beaucoup moins divorcé l'année dernière, un total de 15'900 fois (-6,6%). Si les comportements observés en 2017 se poursuivent, l'OFS estime que deux mariages sur cinq (38,7%) pourraient se terminer un jour par un divorce. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion