Coronavirus en Chine – La grogne monte à Shanghai face au confinement

Publié

Coronavirus en ChineLa grogne monte à Shanghai face au confinement

Alors que les autorités avaient annoncé une mise sous cloche alternée entre l’est et l’ouest de la ville, des quartiers restent confinés en raison de la découverte de nouveaux cas positifs. 

Les applications de livraisons de produits frais à domicile ont du mal à suivre la demande, qui a évidemment explosé avec les millions de Shanghaïens confinés.

Les applications de livraisons de produits frais à domicile ont du mal à suivre la demande, qui a évidemment explosé avec les millions de Shanghaïens confinés.

AFP

Des Shanghaïens exprimaient vendredi leur frustration vis-à-vis de l’accès à la nourriture et du confinement croissant de la métropole chinoise, qui affronte sa pire flambée épidémique depuis le début de la pandémie.

«Un confinement général»

Pour éviter un confinement général de Shanghai, les autorités avaient décidé de mettre alternativement sous cloche deux parties de la ville pour y tester ses 25 millions d’habitants. L’est de la métropole (Pudong) était totalement confiné depuis lundi pour quatre jours. A partir de ce vendredi, c’était au tour de l’ouest (Puxi) pour la même durée.

Allées et autoroutes vides, place aux robots

Or, de larges zones de Pudong, où se trouve le principal aéroport international de la ville et les emblématiques gratte-ciels de son quartier d’affaires, sont restées confinées en raison de la découverte de cas positifs. «C’est de fait un confinement général de la ville», juge un utilisateur du réseau social Weibo. «Beaucoup de rues et de complexes résidentiels de Pudong sont toujours confinés», affirme-t-il.

La mairie a publié jeudi soir un plan de sortie de confinement, qui prévoit notamment des prolongations de confinements en cas de découverte de cas positifs. L’annonce en début de semaine des confinements avait provoqué un afflux de consommateurs dans les supermarchés. Autre souci désormais: même les applications de livraisons de produits frais à domicile ont du mal à suivre la demande, qui a évidemment explosé avec les millions de Shanghaïens confinés.

La moitié de Shanghai confinée: «Je panique un peu»

«Faire la queue en ligne»

«Le nombre de livreurs est limité. Donc je me lève tous les matins à 7h pour faire la queue en ligne sur mon application», explique à l’AFP Sun Jian, une Shanghaïenne de 29 ans confinée à Puxi. «Avant le confinement, j’avais acheté plein d’aliments dans des supermarchés haut de gamme. Ils avaient du stock, mais c’est cher», estime-elle, jugeant le confinement «mal géré».

AFP

Confronté à la grogne, un haut responsable de la mairie, Ma Chunlei, a concédé jeudi que les préparatifs étaient «insuffisants». Le ministère de la Santé a annoncé vendredi plus de 7’200 nouveaux cas positifs dans tout le pays.

Si ces chiffres sont faibles par rapport à nombre d’autres pays, ils sont élevés pour la Chine où les autorités appliquent une stratégie zéro Covid, qui vise à empêcher l’apparition de nouveaux cas. Elle consiste en plusieurs mesures: confinements, visas attribués au compte-gouttes, longue quarantaine à l’arrivée sur le territoire ou encore traçage des déplacements via des applications mobiles.

(AFP)

Ton opinion

20 commentaires