Actualisé 08.10.2012 à 07:54

LausanneLa guerre contre le deal passe par les médias

La police multiplie les annonces sur ses actions antidrogue. Opération de communication ou succès réels sur le terrain?

de
Francesco Brienza
Cette soudaine «transparence» des forces de l'ordre lausannoises aura intrigué bon nombre d'observateurs.

Cette soudaine «transparence» des forces de l'ordre lausannoises aura intrigué bon nombre d'observateurs.

A en croire les communiqués qui se succèdent, tout laisse à croire que l'on n'a jamais arrêté autant de dealers que ces derniers jours. Depuis l'opération coup de poing à la place de la Riponne, au moins quatre autres coups de filet ont été annoncés et relayés par les médias. Contre aucun entre juillet et la fin septembre. Les autorités auraient-elles trouvé la formule magique pour venir à bout du problème de la drogue en ville?

Un objectif avoué par la police

«Je crois plutôt à un gros changement dans la communication, sourit Mathieu Blanc, conseiller communal PLR. Un avis partagé par son collègue Nicolas Gillard, qui y voit là la griffe du nouveau municipal de la Sécurité, Grégoire Junod. «On dit de Marc Vuilleumier (ndlr: son prédécesseur) qu'il rechignait à en dire trop pour ne pas stigmatiser certaines populations...» Mais les élus interrogés ne sont pas dupes. «Rien n'indique aujourd'hui que la pression sur les dealers se soit accrue.»

A la police, on reconnaît clairement l'objectif de «montrer ces activités» au public. «Et comme actuellement le trafic de drogue préoccupe les Lausannois, nous en parlons», explique la porte-parole Anne Plessz. Mais elle concède que «communiquer ne réglera pas le problème, et qu'il n'y a pas plus de forces sur le terrain ces derniers jours que cet été».

Pour sa part, Grégoire Junod se défend d'avoir donné des directives. Il assure en revanche élaborer «une stratégie de harcèlement pour décourager les dealers». Stratégie qu'il a promis de présenter très prochainement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!