Venezuela/Colombie: La guerre des mots se poursuit entre Caracas et Bogota
Actualisé

Venezuela/ColombieLa guerre des mots se poursuit entre Caracas et Bogota

Le Venezuela a accusé lundi la Colombie de mentir lorsqu'elle dénonce les «menaces guerrières» de son président Hugo Chavez.

Celui-ci perçoit l'accès américain à des bases militaires colombiennes comme une menace pour la région et a invité dimanche son pays à «se préparer à la guerre».

Le président colombien Alvaro Uribe a par la suite réagi avec colère aux propos de son homologue vénézuélien. Le gouvernement de Bogota a appelé les Nations unies et l'Organisation des Etats américains à condamner ces «menaces».

Dans un communiqué, le ministère vénézuélien des Affaires étrangères a déclaré que la position du gouvernement du président conservateur Alvaro Uribe était «immorale» et traduisait «l'hypocrisie de l'oligarchie colombienne».

Rappelant le raid militaire colombien de 2008 en territoire équatorien, il a ajouté: «Le gouvernement colombien ment, il est responsable du seul acte de guerre de l'histoire récente de notre continent.» «L'accès américain aux bases colombiennes menace la paix et la stabilité du continent», a encore estimé le ministère.

Un accord signé il y a une semaine à Bogota, doit permettre à l'armée américaine de faire usage - pour la lutte contre le narcotrafic et les guérillas - d'au moins sept bases en Colombie, pays comptant des frontières avec le Venezuela, l'Equateur, le Brésil, le Pérou et Panama. (ats)

Ton opinion