Actualisé

La guerre des poubelles tourne au vinaigre

La crise des déchets qui frappe Naples et ses environs a été marquée samedi par de nouvelles échauffourées.

Elles ont opposé des manifestants hostiles à la réouverture d'une décharge et les forces de l'ordre dans la périphérie ouest de la ville.

«Les manifestants ont jeté des pétards et des pierres contre les policiers qui débloquaient les accès à la décharge» de Pianura, a indiqué la préfecture, affirmant que les incidents n'avaient pas fait de blessés.

Selon les images diffusées par la télévision Sky TG 24, les policiers ont fait usage de leur matraque et dispersé sans ménagement les manifestants qui bloquent l'accès à la décharge que les autorités veulent rouvrir pour endiguer l'accumulation de déchets dans les rues de Naples et sa périphérie.

3700 tonnes dans les rues

Selon l'agence Ansa, la quantité d'ordures dans les rues de Naples était de 3700 tonnes samedi.

La nuit de vendredi à samedi avait déjà été très tendue près de la décharge de Pianura, avec deux blessés légers parmi les manifestants qui avaient tenté d'empêcher le passage de 20 camions transportant du matériel pour sa remise en service, selon les médias italiens.

Nouvel incinérateur

La population locale s'oppose à la réouverture de la décharge, fermée en 1996, par crainte de nuisances. Elle doit rester en service toute l'année 2008 jusqu'à la mise en service d'un incinérateur prévue début 2009.

Naples et sa périphérie sont régulièrement envahies par les ordures depuis 1994, en raison notamment de l'insuffisance des centres de retraitement des déchets. Depuis cette date, l'Etat italien a dépensé un milliard d'euros et nommé 8 commissaires ad hoc successifs pour gérer la crise sans que la situation ne s'améliore.

Outre la saturation de nombreux centres de retraitement, certains d'entre eux ont dû être fermés par la justice en raison de leur infiltration par la Camorra, la mafia locale, particulièrement implantée dans le recyclage des déchets.

La Commission européenne a engagé en juin des poursuites à l'encontre de l'Italie en raison du dangereux amoncellement de milliers de tonnes de détritus dans la région de Naples, estimant que la situation dans la région constituait «une infraction à la législation communautaire en matière de déchets». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!