Actualisé 27.05.2009 à 04:38

Tirs de missilesLa guerre menace les deux Corées

La Corée du Nord a menacé mercredi son voisin du Sud d'une frappe militaire après que Séoul se soit rallié au programme anti-prolifération.

Elle a affirmé ne plus être liée par l'armistice de 1953 qui a mis fin à la guerre de Corée.

«Tout acte hostile contre nos vaisseaux pacifiques, y compris la saisie et la fouille, sera considérée comme une violation impardonnable de notre souveraineté et nous répondrons immédiatement par une frappe militaire puissante», a déclaré un porte-parole de l'armée nord-coréenne, cité par l'agence officielle KCNA.

L'initiative contre la prolifération, lancée par l'administration de George W. Bush, prévoit notamment de surveiller des navires susceptibles de transporter des éléments servant à fabriquer des armes de destruction massive.

(ats)

Reprise du nucléaire

La Corée du Nord a procédé mercredi à un nouveau tir de missile de courte portée, le sixième en trois jours, a indiqué Séoul. Selon un journal sud-coréen, elle a aussi redémarré son usine d'extraction du plutonium sur le complexe de Yongbyon, comme elle l'avait annoncé il y a un mois.

Pyongyang a lancé un missile de courte-portée dans la mer Jaune, a précisé l'agence sud-coréenne Yonhap, citant une source gouvernementale non identifiée.

Lundi, la Corée du Nord a déjà annoncé un essai nucléaire souterrain très largement condamné par la communauté internationale et par le Conseil de sécurité de l'ONU. Elle a ensuite procédé à un premier tir de trois missiles sol-air de courte portée à partir de sites proches de sa côte est.

Mardi, le régime de Pyongyang a lancé deux autres missiles, selon Yonhap. Ces engins avaient une portée de 130km.

A plusieurs reprises ces dernières années, la Corée du Nord a procédé à des tirs d'essai de missiles dans la mer Jaune ou la mer du Japon, souvent dans des périodes de tension.

Bombe d'ici la fin de l'année

Comme elle l'avait annoncé il y a un mois, elle a également redémarré son usine d'extraction du plutonium sur le complexe de Yongbyon, rapporte mercredi le quotidien sud-coréen «Chosun Ilbo», citant un responsable gouvernemental resté anonyme.

«Plusieurs signes indiquant que les installations de retraitement de Yongbyon ont repris leurs opérations ont été détectés par les satellites de surveillance américains, y compris de la vapeur qui s'échappe du complexe», selon ce journal.

Le pays pourrait extraire suffisamment de plutonium des barres usagées retraitées dans l'usine de Yongbyan pour se constituer de quoi fabriquer une autre bombe d'ici la fin de l'année.

La prochaine étape pour la Corée du Nord est de remettre en état de fonctionner l'ensemble du complexe nucléaire de Yongbyan. Cela pourrait prendre jusqu'à un an en raison des premières mesures de démantèlement déjà mises en oeuvre en vertu d'un accord sur la dénucléarisation de la péninsule.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!