Afrique de l'ouest: La Guinée se prépare aux funérailles du dictateur Lansana Conté
Actualisé

Afrique de l'ouestLa Guinée se prépare aux funérailles du dictateur Lansana Conté

Le chef des putschistes promet des «funérailles grandioses», vendredi, pour l'ancien dictateur de Guinée Lansana Conté.

La mort du dictateur au début de la semaine après 24 ans de pouvoir sans partage a jeté ce pays pauvre de l'ouest de l'Afrique dans la confusion après un coup d'Etat militaire.

La dépouille de Conté -dont l'âge jamais établi exactement était estimé à 74 ans- doit être conduite dans la matinée dans un stade de la capitale Conakry puis à la Grande mosquée avant un enterrement dans son village natal. Conté est mort lundi et selon la coutume musulmane il aurait dû être inhumé dans les 24 heures suivant son décès.

«Comment peut-on laisser le corps d'un président comme ça sans en prendre soin,» a demandé le capitaine Moussa Camara, qui s'est auto-proclamé la président du gouvernement intérimaire au nom du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD).

«J'ai vu le corps. Il est resté en l'état. Cela vous laisse à penser qu'il n'y a pas une seule pièce réfrigérée dans toute la Guinée», a souligné Camara.

Jeudi, le Premier ministre de Guinée Ahmed Tidiana Souaré et une trentaine de membres du gouvernement ont cédé à l'ultimatum lancé par le chef des putschistes, qui avait ordonné au chef du gouvernement du président décédé Lansana Conté de sortir de la clandestinité et de se présenter devant les responsables du coup d'Etat.

Ahmed Tidiane Souaré et les autres ministres avaient décidé de se présenter à la caserne pour éviter d'être traqués. Le général Camara Diarra, commandant des forces armées, le chef de la police et celui des douanes se sont également rendus ultérieurement à la caserne. Les responsables du gouvernement ont ensuite été laissés libres de s'en aller.

M. Souaré n'avait pas été vu en public depuis la proclamation mardi du coup d'Etat mais avait réaffirmé mercredi dans un entretien téléphonique d'un lieu tenu secret qu'il gardait le contrôle du pays.

Depuis son indépendance en 1958, la Guinée n'a connu que deux présidents jusqu'au décès de Lansana Conté. Ce dernier avait pris le pouvoir en 1984 à la faveur d'un coup d'Etat, une semaine seulement après le décès de son prédécesseur Ahmed Sékou Touré. (ap)

Ton opinion