Mobbing: La harceleuse de Céline continue de sévir
Actualisé

MobbingLa harceleuse de Céline continue de sévir

Une ado victime de harcèlement s'est suicidée il y a deux ans à Spreitenbach (AG). Une des responsables ne cesse d'importuner d'autres jeunes malgré sa condamnation.

par
ofu

La tragique histoire de Céline a fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois. Le 28 août 2017, l'ado de 13 ans, domiciliée à Spreitenbach (AG), s'était suicidée après avoir été victime de mobbing sur les réseaux sociaux.

Pour la justice, l'affaire est bouclée. Deux adolescents de Dietikon (ZH) – une fille et un garçon – ont été condamnés pour contrainte, tentative de menace et insultes. Ils ont seulement dû effectuer quelques jours de travaux d'intérêt général. Le Ministère public des mineurs n'a en effet pas reconnu de lien direct entre le suicide et le harcèlement (lire encadré).

En partie responsable

Les parents de Céline, interrogés cette semaine par l'émission «Rundschau» de la télévision alémanique SRF, sont cependant convaincus que les deux jeunes gens sont en partie responsables de la mort de leur fille.

Ce qui est particulièrement dur pour eux, c'est de voir que l'adolescente condamnée continue d'importuner d'autres jeunes. Quelques semaines après la mort de Céline, elle avait ainsi envoyé une vidéo de menace à une autre fille: «Écoute espèce de p…: nous allons te trouver et tu mourras comme Céline.» L'enquête ouverte à ce propos par le Ministère public des mineurs avait été classée peu après.

«Je vais te boxer, espèce de salope»

Des recherches effectuées par «Rundschau» révèlent désormais que la harceleuse de Céline a une nouvelle fois sévi la semaine dernière. Elle aurait envoyé les phrases suivantes à une adolescente: «Je vais éclater ton vagin» et «Je vais te boxer, espèce de salope». La victime dit être allée voir la police cantonale zurichoise, mais celle-ci l'aurait renvoyée à la maison.

Contactées par SRF, les forces de l'ordre contredisent cette version des faits. Elles confirment que la jeune fille est venue les voir au poste de police. Cependant, précisent-elles, aucune plainte n'a été déposée. Et pour des questions de secret de fonction, elles ne peuvent pas s'exprimer plus sur l'affaire.

Tous les efforts de «Rundschau» pour contacter l'adolescente condamnée sont restés vains.

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Liens de cause à effet difficiles à prouver

«Il est très difficile de prouver avec certitude qu'un individu est responsable du suicide d'une personne», avait expliqué fin septembre Léonore Dupanloup, porte-parole de Stop Suicide. Quand quelqu'un décide de se donner la mort, les causes sont souvent multiples, avait-elle précisé. «Il est donc très délicat de pointer une personne comme étant l'unique responsable des faits. Un événement peut devenir la goutte d'eau qui fait déborder le vase, mais c'est bien la multiplication des causes et problèmes qui amène les gens à se donner la mort.»

Ton opinion