Canton de Schwytz: La hausse de salaire des conseillers d’Etat a du mal à passer

Publié

Canton de SchwytzLa hausse de salaire des conseillers d’État a du mal à passer

Un référendum est lancé contre la décision du Grand Conseil de rehausser le salaire des élus à l’Exécutif en échange de l’abolition de leur rente à vie.

Le Canton va adapter sa législation à ce qui se fait le plus couramment ailleurs en Suisse.

Le Canton va adapter sa législation à ce qui se fait le plus couramment ailleurs en Suisse.

20min

D’un point de vue pragmatique, la réforme va faire baisser les charges. Mais d’un point de vue symbolique, elle est difficile à faire avaler. Le Grand Conseil du canton de Schwytz a voté fin mai pour un changement de rémunération des conseillers d’État. Leur salaire annuel doit passer à 250’000 francs, soit 50’000 de plus qu’actuellement. En plus, les élus du gouvernement de ce petit canton travailleront officiellement à 100% dès 2023, alors qu’ils sont aujourd’hui encore considérés comme n’ayant qu’un taux de 80%.

Les pros ne sont pas meilleurs

Sous l’égide du groupe alémanique Bund der Steuerzahler (BDS) («Union des contribuables»), un référendum vient d’être lancé pour combattre la décision dans les urnes. Outre l’augmentation de salaire, le point qui dérange est la prime de départ prévue, qui peut atteindre 6 mois de salaire en cas de démission ou de non-réélection, soit 125’000 francs.

«La population sychwytzoise attend des conseillers d’État qu’ils fassent leur travail et ne reçoivent pas de parachute doré. De plus, le passage des élus à plein temps ne constitue pas une valeur ajoutée. D’autres Exécutifs cantonaux montrent bien que les politiciens professionnels ne mènent pas forcément une meilleure politique», tacle le BDS dans son communiqué, sans citer nommément quiconque.

Valais et Genève l’ont fait

Pourtant, la prime de départ et l’augmentation de salaire sont prévues en remplacement de l’abolition de la rente à vie dont bénéficient les élus après la fin de leur mandat. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait plusieurs cantons récemment, avec des salaires qui atteignent des niveaux encore plus élevés. En Valais, les conseillers d’État touchent 300’000 francs par an depuis l’abolition de la rente à vie.

À Genève, la rente à vie vient d’être abolie par le peuple pour les nouveaux élus. Là aussi, les salaires de base ont été revus à la hausse: ils doivent passer de 265’000 à 330’000 francs annuels. Fribourg a aussi aboli les rentes à vie et le salaire des élus du gouvernement est d’un peu plus de 250’000 francs.

Schwytz plus conformiste que le canton de Vaud

Le canton de Vaud est le dernier en Suisse romande à offrir une rente à vie à ses élus après leur sortie du gouvernement. Un texte est en traitement au Grand Conseil pour modifier le système, mais aucune décision n’a encore été prise. Le salaire y est fixé à un peu plus de 250’000 francs par an et la rente à vie annuelle peut atteindre la moitié de cette somme.

Avec sa réforme, le canton de Schwytz s’adapterait donc en fait à la pratique la plus courante ailleurs en Suisse. D’ailleurs, au total, les charges salariales totales devraient même un peu baisser. Le peuple aura finalement le dernier mot, si les référendaires parviennent à récolter les signatures nécessaires.

(ywe)

Ton opinion

59 commentaires