Crise migratoire: La Hongrie veut fermer ses centres d'accueil
Actualisé

Crise migratoireLa Hongrie veut fermer ses centres d'accueil

Alors que la Turquie et l'UE tentent de trouver un accord sur la question des migrants, Budapest annonce de nouvelles mesures.

1 / 224
12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

AFP/Philippe Huguen
Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

AFP/Philippe Huguen
24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

AFP/Louisa Gouliamaki

Selon une ONG, quelques 1600 réfugiés sont actuellement accueillis en Hongrie.

«Le gouvernement a autorisé le ministre de l'Intérieur, Sandor Pinter, à fermer les centres d'accueil hongrois», a indiqué vendredi le cabinet du Premier ministre Viktor Orban dans un communiqué. Le ministre «devra examiner s'ils seront encore nécessaires à l'avenir».

Selon l'ONG Comité d'Helsinki, quelque 1600 personnes étaient hébergées dans les six centres d'accueil de Hongrie au 1er mars. Le gouvernement ne fournit pas de chiffres.

Ces six centres seraient remplacés par deux «sites gardés» à Kormend et Szentgotthard, près de la frontière autrichienne, a précisé le gouvernement. Selon la presse hongroise, ces sites abriteraient de simples tentes.

Fermement opposé à l'accueil de migrants, le gouvernement hongrois considère comme un délinquant tout migrant qui traverse la clôture barbelée érigée à l'automne par Budapest aux frontières serbe et croate du pays. Près de 2200 migrants ont depuis lors été condamnés à être expulsés de Hongrie pour «franchissement illégal de la frontière». Trois ont écopé de peines de prison ferme.

Le pays, qui avait vu transiter 400'000 personnes avant l'érection des clôtures, refuse tout quota contraignant de répartition de réfugiés à l'échelle européenne, notamment dans le cadre d'un accord que les Vingt-Huit doivent présenter vendredi à la Turquie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion