Fribourg: La Jazz Parade en faillite après 25 éditions
Actualisé

FribourgLa Jazz Parade en faillite après 25 éditions

Le festival fribourgeois s'est retrouvé dans une situation financière catastrophique à cause de dettes accumulées pendant des années et de l'annulation de l'édition 2014.

L'Association organisatrice de la Jazz Parade est en faillite. Elle avait déposé le bilan début août et la faillite a été prononcée lundi par le Tribunal de la Sarine, a indiqué vendredi à l'ats Isabelle Théron, avocate et porte-parole du festival, confirmant des informations parues vendredi dans les «Freiburger Nachrichten». Après l'annulation de l'édition prévue du 3 au 12 juillet derniers, «il n'y avait pas d'autre solution».

Le montant de la dette accumulée par le festival est difficile à estimer, a-t-elle ajouté. Il y a d'une part les dettes des années précédentes et d'autre part de nouvelles prétentions de créances qui continuent à rentrer «tous les jours».

«Le nouveau comité, entré en fonction en mars dernier, a essayé de sauver le festival», souligne encore Mme Théron. Il s'est toutefois retrouvé confronté à l'héritage des années précédentes, durant lesquelles Jean-Claude Henguely assurait la direction de la Jazz Parade.

Fondateur de la manifestation, M. Henguely avait été nommé directeur artistique et technique de l'édition 2014. Or cette 26e édition a été annulée en raison de lacunes au niveau de la sécurité. Le préfet de la Sarine a retiré son autorisation pour cause de critères basiques non respectés, pour l'éclairage ou les sorties de secours par exemple.

Les organisateurs ont alors jeté l'éponge, jugeant que les travaux à effectuer et les pertes financières seraient trop importants. Ils ont aussi annoncé qu'ils se séparaient de Jean-Claude Henguely, qui porte selon eux la responsabilité de cette déconfiture.

Le festival était à l'agonie

La Jazz Parade était déjà en sursis bien avant cette annulation. La ville de Fribourg l'avait évincée l'an passé lors d'un concours, au profit du nouveau festival de musiques actuelles Les Georges. Elle avait contesté cette décision, provoquant un imbroglio juridique.

La manifestation existait depuis un quart de siècle. Elle avait encore drainé plus de 35'000 spectateurs en 2013, mais le service culturel lui reprochait une gestion déficiente. Le préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré avait partiellement donné raison à la Jazz Parade, sans pour autant préconiser d'annuler Les Georges.

Au printemps dernier, de nouvelles personnalités avaient rejoint les organisateurs et le festival s'était doté d'une nouvelle structure. La manifestation avait quitté le centre-ville de Fribourg pour s'installer sur l'ancien site de l'entreprise Ilford à Marly. Une quarantaine de concerts étaient prévus et une partie des cachets avait été versée.

Quant au fondateur, il nie totalement les reproches qui lui sont faits, estimant avoir été «un simple employé, sans aucune responsabilité au niveau financier». Il entend se défendre devant la justice.

Homériques engueulades

La Jazz Parade, qui a accueilli des têtes d'affiche dignes des meilleurs festivals, était une animation estivale prisée au centre ville de Fribourg, d'autant plus qu'elle a été gratuite jusqu'en 2006. Son histoire a été ponctuée d'homériques engueulades ayant opposé Jean-Claude Henguely à la Ville, aux riverains et aux cafetiers, ainsi que de diverses bisbilles financières.

Les déficits sont allés en se creusant. En 2008 déjà, pour sa 20e édition, la manifestation avait obtenu un sursis concordataire. Les dettes accumulées avoisinaient alors le demi-million de francs. (ats)

Ton opinion