armée - La journée d’information bientôt obligatoire pour toutes?
Publié

arméeLa journée d’information bientôt obligatoire pour toutes?

Plusieurs élus souhaitent obliger les Suissesses à se rendre à la journée d’information de l’armée. Le Conseil fédéral s’y est dit favorable.

L’objectif de la ministre de la défense Viola Amherd est d’atteindre une proportion de 10% de femmes dans l’armée suisse. Elle est actuellement de 0,9%.

L’objectif de la ministre de la défense Viola Amherd est d’atteindre une proportion de 10% de femmes dans l’armée suisse. Elle est actuellement de 0,9%.

VBS/DDPS

Suivre la journée d’orientation de l’armée est obligatoire pour tous les hommes de nationalité suisse. Les femmes, quant à elles, ont la possibilité d’y prendre part selon leur intérêt. Mais cela devrait changer, a indiqué Watson dans un article publié ce jeudi.

Un projet visant à rendre obligatoire la participation des femmes à cette journée est actuellement examiné sous la coupole. Un postulat a été déposé par la conseillère nationale Stefanie Heimgartner (UDC/AG) en juin de cette année.

Co-signé par plusieurs élus tels que l’ancien président UDC Albert Rösti (BE) ou encore la conseillère nationale Ruth Humbel (Le Centre/AG), le texte est aussi soutenu par la Confédération.

Le Conseil fédéral en faveur du projet

«Rendre la journée d'information obligatoire pour les femmes pourrait leur montrer les avantages d'un service volontaire et de la protection civile.» écrit le Conseil fédéral dans sa réponse au postulat émise ce mercredi. Il se dit prêt à examiner cette option, et envisage également de modifier la Constitution en conséquence.

Si le projet ne revient pas encore à rendre obligatoire le service militaire pour les femmes, il constitue un «début», selon le texte de Stefanie Heimgartner.

L’idée n’est pas nouvelle

Un projet similaire avait déjà été amorcé en 2018. La motion de la conseillère nationale Yvette Estermann (UDC/LU) avait toutefois été refusée, car elle nécessitait l’adaptation des bases légales correspondantes, dont une modification de la Constitution. Pour rappel, toute révision (totale ou partielle) de la Constitution doit être soumise au vote du peuple et des cantons.

Plus largement, ces initiatives s’inscrivent dans la volonté de promouvoir les femmes au sein de l’armée suisse. Celles-ci représentent actuellement un peu moins de 1% des effectifs. La cheffe du Département fédéral de la défense Viola Amherd a pour objectif de porter cette proportion à 10%. La campagne de l’armée suisse «La sécurité: aussi une affaire de femmes» est ainsi en cours depuis plus d’un an.

(nci)

Ton opinion

147 commentaires