Birmanie - La junte a commis des «crimes contre l’humanité», selon un expert de l’ONU
Publié

BirmanieLa junte a commis des «crimes contre l’humanité», selon un expert de l’ONU

Devant le Conseil des droits de l’homme, Tom Andrews a appelé la communauté internationale à mettre fin au «règne de la terreur» que subit la population birmane.

1 / 22
La junte birmane a démenti avoir suspendu l’accès à Internet dans les régions ravagées par le conflit, imputant la récente série de coupures à ses opposants. (Dimanche 26 septembre 2021)

La junte birmane a démenti avoir suspendu l’accès à Internet dans les régions ravagées par le conflit, imputant la récente série de coupures à ses opposants. (Dimanche 26 septembre 2021)

AFP
Les forces de sécurité birmanes ont tué plus d’un millier de civils depuis le coup d'Etat il y a un peu plus de six mois, a déclaré mercredi une ONG de surveillance des droits.

Les forces de sécurité birmanes ont tué plus d’un millier de civils depuis le coup d'Etat il y a un peu plus de six mois, a déclaré mercredi une ONG de surveillance des droits.

AFP
Le rapporteur spécial de l’ONU sur la Birmanie a accusé mercredi la junte d’avoir commis des «crimes contre l’humanité». (Mercredi 7 juillet 2021)

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la Birmanie a accusé mercredi la junte d’avoir commis des «crimes contre l’humanité». (Mercredi 7 juillet 2021)

AFP

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la Birmanie a accusé mercredi la junte qui a pris le pouvoir au 1er février d’avoir commis des «crimes contre l’humanité», et appelé la communauté internationale à mettre fin à ce «cauchemar».

«Certains ont perdu espoir»

S’exprimant devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Tom Andrews a dénoncé «les attaques généralisées et systématiques de la junte militaire contre la population de Birmanie, des actes qui sont des crimes contre l’humanité», ainsi que «l’incapacité de la communauté internationale à faire ce qu’il faut pour y mettre un terme».

«Certains habitants de Birmanie ont perdu l’espoir de recevoir le soutien de la communauté internationale et cherchent à se défendre en formant des forces de défense et en commettant des actes de sabotage, tandis que d’autres auraient pris pour cible des collaborateurs et des responsables de la junte», a averti l’expert indépendant, qui est mandaté par le Conseil mais ne s’exprime pas au nom des Nations unies.

La Birmanie est en proie à de graves troubles depuis le coup d’Etat militaire du 1er février.

Evolution «catastrophique»

Mardi, la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet a estimé que l’évolution de la situation politique dans le pays est «catastrophique» et fait peser des risques sur la région.

Selon l’ONU, près de 900 personnes ont été tuées, quelque 200’000 autres ont été contraintes de fuir leur domicile à la suite de raids militaires dans des quartiers et des villages et des milliers de personnes ont fui vers les pays voisins. Au moins 5200 personnes ont été arbitrairement arrêtées. Parmi elles, plus de 90 journalistes, tandis que huit grands médias ont été fermés.

Le rapporteur spécial a appelé la communauté internationale à couper les revenus de la junte pour mettre un terme à ce «règne de la terreur»

(AFPE)

Ton opinion

1 commentaire