Grèce: La justice annule la fermeture de la RTV

Actualisé

GrèceLa justice annule la fermeture de la RTV

Le Conseil d'Etat grec, plus haute juridiction administrative du pays, a annulé lundi soir «temporairement» la décision du gouvernement de fermer la radio-télévision publique ERT.

L'institution a ordonné sa réouverture jusqu'à la constitution d'un nouvel organisme audiovisuel public.

A la suite d'un recours en référé du syndicat de l'ERT contre la décision ministérielle de fermer subitement la radio-télévision publique mardi dernier, le Conseil d'Etat -- qui doit se prononcer sur le fond de la décision gouvernementale en septembre--, a décidé de «surseoir temporairement» à la fermeture de l'ERT, selon une source judiciaire.

La justice a également demandé aux ministres compétents d'oeuvrer pour assurer de nouveau la remise en service «temporaire» de la télévision publique, a indiqué cette source.

La fermeture de l'ERT, prise sans l'accord des deux autres partis de la coalition gouvernementale (socialistes et gauche démocratique) a été ordonnée mardi soir par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras et le ministre des Finances, Yannis Stournaras.

Cette décision a fait disparaître le signal de l'ERT après l'encerclement des émetteurs par les forces de l'ordre, laissant apparaître des écrans noirs dans tout le pays tandis que la radio n'émettait plus aucun son.

La justice a demandé à M. Stournaras et au ministre chargé de l'Information, Simos Kédikoglou, de faire tout leur possible pour assurer la diffusion des émissions de la radio-télévision publique jusqu'à la création du nouvel organisme audiovisuel public.

L'annonce de la décision judiciaire a été suivie d'applaudissements par des milliers de personnes rassemblées devant le siège de l'ERT, dans la banlieue nord d'Athènes, qui depuis une semaine est occupé par son personnel. Les journalistes produisaient des émissions d'information, retransmises par de nombreux sites Internet et l'Union européenne de radio-télévision (UER).

Nouvelle proposition

Le Premier ministre conservateur grec Antonis Samaras a proposé à nouveau lundi à ses deux partenaires de la coalition gouvernementale la réouverture «transitoire» de la radiotélévision publique sous la houlette d'une commission tripartite, selon une source gouvernementale.

Une commission composée de représentants des trois partis de la coalition sera chargée «d'embaucher un nombre de journalistes chargés de faire fonctionner de nouveau la radio-télévision publique» jusqu'à ce que soit adopté un nouveau projet de loi sur l'audiovisuel public, a-t-on indiqué de même source.

«Des conseillers étrangers, de la BBC, ou d'autres groupes européens vont aider à la constitution du nouvel organisme», a souligné cette source.

Au lendemain de la fermeture unilatérale des chaînes de télévision et des stations de radio publiques, décidée sans l'accord des partenaires de la coalition, le gouvernement avait présenté mercredi dernier un projet de loi de restructuration de l'audiovisuel public grec autour d'une société qu'il a baptisée Nerit.

Projet en 7 points

Pour éviter une crise politique et la perspective d'élections anticipées, M. Samaras a proposé un programme en «sept points».

Parmi ces points, figure un prochain remaniement ministériel, d'ici à la fin juin, selon cette source.

Une réunion ministérielle était en cours lundi soir entre M. Samaras et les dirigeants du Pasok (socialiste) et du Dimar (gauche démocratique), Evangélos Vénizélos et Fotis Kouvélis respectivement, pour tenter de trouver une solution et sortir de l'impasse provoquée par la fermeture de l'ERT. (afp)

Ton opinion