États-Unis: La justice clôture l’enquête sur la mort d’un garçon noir aux mains de la police
Publié

États-UnisLa justice clôture l’enquête sur la mort d’un garçon noir aux mains de la police

Tamir Rice, 12 ans, jouait avec un pistolet en plastique quand il a été abattu par un policier à Cleveland, dans l’Ohio, en 2014.

Comme George Floyd ou Breonna Taylor, Tamir Rice fait partie de ceux dont les noms sont scandés avec colère depuis des mois aux États-Unis, considérés comme des victimes emblématiques du racisme et des violences policières. (Photo Richardson & Kucharski co. LPA / AFP)

Comme George Floyd ou Breonna Taylor, Tamir Rice fait partie de ceux dont les noms sont scandés avec colère depuis des mois aux États-Unis, considérés comme des victimes emblématiques du racisme et des violences policières. (Photo Richardson & Kucharski co. LPA / AFP)

AFP

La justice américaine a annoncé mardi clôturer son enquête sur les policiers accusés d’avoir tué Tamir Rice, un garçon noir de 12 ans, dans l’Ohio en 2014.

Tamir Rice, avait été abattu par un policier à Cleveland alors qu’il jouait avec un pistolet en plastique. La scène, filmée par une caméra de surveillance, avait provoqué l’indignation aux États-Unis.

Les procureurs en charge d’examiner l’enquête «n’ont pas trouvé assez de preuves pour soutenir des poursuites contre les agents de la police de Cleveland Timothy Loehmann et Frank Garmback», accusés d’avoir tué le garçon afro-américain, a fait savoir le ministère de la Justice dans un communiqué.

«La décision de clôturer cette enquête ne fait que renforcer l’indifférence de notre système juridique à l’égard de la vie des personnes noires», a aussitôt dénoncé sur Twitter la puissante association des droits civiques, l’ACLU.

Comme George Floyd ou Breonna Taylor, Tamir Rice fait partie de ceux dont les noms sont scandés avec colère depuis des mois aux États-Unis, considérés comme des victimes emblématiques du racisme et des violences policières.

Des policiers impliqués dans la mort en mars de Breonna Taylor, ont été notifiés mardi de leur licenciement prochain des rangs de la police de Louisville, selon une lettre diffusée par l’avocat de la famille de l’Afro-Américaine.

Ces décès ont lancé une introspection d’une partie de la société américaine sur les discriminations raciales perpétrées dans le pays.

(AFP/NXP)

Ton opinion