Epalinges: La justice déboute un des assassins voleurs
Actualisé

EpalingesLa justice déboute un des assassins voleurs

L'Albanais de 27 ans, condamné à 20 ans de prison pour l'assassinat d'un retraité qu'il cambriolait dans sa demeure, en 2008, n'a pas convaincu devant le Tribunal fédéral.

Vingt ans de prison pour assassinat: le Tribunal fédéral a confirmé jeudi la peine infligée à l'un des deux cambrioleurs qui avaient battu à mort un retraité à Epalinges fin 2008. Condamné à 16 ans de prison, son comparse n'avait cette fois pas fait recours.

Les juges de Mon Repos estiment que la différence de peine entre les deux comparses est justifiée. Le premier, un Suisse âgé de 22 ans au moment des faits, est certes l'instigateur du brigandage. Mais son intention homicide n'a été retenue que par dol éventuel: il s'est accommodé du résultat.

Le recourant, un Albanais âgé de 27 ans au moment des faits, s'est en revanche acharné sur la victime, un ancien restaurateur de 67 ans. Contrairement à son acolyte, il ne peut se prévaloir ni d'aveux spontanés ni d'un repentir sincère: le condamné a nié toute implication dans le drame malgré des témoignages accablants.

La peine du recourant a déjà été baissée par rapport au jugement initial, confirmé par la Cour de cassation vaudoise, qui l'avait condamné à la prison à vie. Saisi une première fois, le Tribunal fédéral avait estimé que la condamnation à vie devait être davantage motivée. Les juges vaudois avaient alors réduit la peine à 20 ans, verdict à nouveau attaqué au TF.

Frais à sa charge

La Cour suprême estime que la démarche était «dénuée de chances de succès». Il refuse au recourant l'assistance judiciaire et met à sa charge 1600 francs de frais judiciaires.

Pour mémoire, les deux assassins s'étaient rendus au domicile d'un couple de retraités à Epalinges le 29 décembre 2008, après avoir passé la soirée ensemble et consommé de la cocaïne. Ils voulaient se procurer les clés du coffre-fort situé dans une pièce attenante au garage.

Le mari était sorti de la maison pour les chasser et avait été roué de coups en présence de sa femme. Les agresseurs avaient pris la fuite avec 3400 francs. Le retraité avait succombé à ses blessures avant l'arrivée des ambulanciers. (ats)

Ton opinion