Renens: «La justice doit agir et placer ces mineurs»
Actualisé

Renens«La justice doit agir et placer ces mineurs»

La syndique Marianne Huguenin veut poursuivre le dialogue avec de jeunes semeurs de trouble à la gare. Mais souhaite aussi sévir.

par
Frédéric Nejad

Les dernières tensions à la gare de Renens entre une petite bande de jeunes désoeuvrés et la police met à rude épreuve les nerfs de Marianne Huguenin. Syndique POP, elle croit toujours au dialogue constant avec la jeunesse de sa commune et à la mise en place de projets avec un délégué à la jeunesse.

«Mais il y a effectivement de gros problèmes avec un petit groupe d'individus âgés de 16 à 25 ans, qui traînent soit là, soit au centre de loisirs, boivent de l'alcool, puis provoquent, explique-t-elle. Ils sont environ huit, connus de nos services, et la moitié d'entre eux ne sont pas de Renens.» Ils avaient déjà fait parler d'eux lors de grosses tensions le 30 janvier avec la police.

Pour la syndique, la justice des mineurs doit agir rapidement: «Il faut pouvoir placer en milieu fermé ces jeunes récidivistes au comportement délinquant. Ou, s'il manque de place, faire au moins des interventions ambulatoires avec des visites au sein des familles.» Les parents? «La police et les intervenants sociaux les approchent, mais ils démissionnent de leurs devoirs ou se disent dépassés.»

Quant au premier-lieutenant Fabio Botalli, il souligne que la situation en gare de Renens s'était apaisée ces derniers mois. Et de pointer du doigt la Coop Pronto voisine, qui vend de l'alcool à bon marché jusqu'à 22h...

Ton opinion