Blanchiment  - La justice du Vatican critiquée malgré des progrès
Publié

Blanchiment La justice du Vatican critiquée malgré des progrès

Le Saint-Siège progresse dans sa lutte contre le blanchiment d’argent selon un rapport qui critique toutefois un système judiciaire peu armé face aux délits financiers.

Le Vatican a souvent été épinglé par le passé pour des manquements dans sa lutte contre le blanchiment d’argent. 

Le Vatican a souvent été épinglé par le passé pour des manquements dans sa lutte contre le blanchiment d’argent.

Getty Images

Les experts de Moneyval, un organe du Conseil de l’Europe, ont publié mercredi un rapport «positif» sur les progrès du Vatican dans la lutte contre le blanchiment d’argent, mais pointent plusieurs points à améliorer. Il a été accueilli avec «satisfaction» par le Saint-Siège, qui vient de vivre deux années houleuses liées à une enquête interne sur le financement opaque et potentiellement peu éthique par le micro-État de l’achat d’un immeuble de luxe londonien.

L’un des cardinaux les plus influents du Vatican, l’Italien Angelo Becciu, a en outre été écarté par le pape en raison de soupçons de «détournements de fonds» en faveur de ses frères. Il occupait également un poste décisionnaire pour l’investissement de l’immeuble londonien. Aucune date n’a encore été fixée pour un procès, qui ne manquera pas d’être médiatisé. Ces affaires internes n’ont pas échappé aux experts de Moneyval, qui notent dans leur rapport de 300 pages qu’elles ont «mis au jour un risque d’abus du système interne par des personnalités de niveau intermédiaire ou haut placées.»

Manque de moyens

Les experts recommandent aux services judiciaires du pape de recruter davantage de procureurs ayant une expérience pratique en matière de crimes financiers complexes et de renforcer son unité d’enquêteurs financiers. Ils soulignent aussi le manque d’effectifs de la justice vaticane au vu de la lenteur des procédures. Une référence à un procès qui a duré des années contre un ex-président de la Banque du Vatican, finalement condamné en janvier dernier à neuf ans de prison pour s’être enrichi en vendant frauduleusement une vingtaine de biens immobiliers du Saint-Siège.

L’inspection de Moneyval, qui a eu lieu avant cette sentence, a conclu que les peines prononcées par la justice vaticane sont «plutôt minimales» et «pas dissuasives». «Globalement les résultats du tribunal sont modestes», écrit l’organisme en évoquant deux condamnations pour blanchiment en 2018 et 2019. Le Saint-Siège bénéficie toutefois globalement d’un «rapport positif».

Le rapport loue les autorités du Vatican pour leurs efforts visant à garantir «une coopération internationale constructive» dans les domaines du blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. «Il existe un programme rigoureux de surveillance des transactions», tandis que «les contrôles du secteur financer empêchent les criminels et leurs associés de siéger au conseil d’administration de l’institution», ont jugé les inspecteurs du Conseil de l’Europe.

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires