Racisme (Genève): La justice «égare» deux fois une plainte
Actualisé

Racisme (Genève)La justice «égare» deux fois une plainte

En manifestant lundi, le collectif Afro-Suisse espérait obtenir des réponses sur ces bévues à répétition.

par
Shahïn Ammane
Afro-Suisse organisait un piquet, hier, devant le Palais de justice. (Photo: mia)

Afro-Suisse organisait un piquet, hier, devant le Palais de justice. (Photo: mia)

Quel mystère recèlent les remparts du Palais de justice? La plainte pour racisme déposée en août dernier par la victime d'un couple de postiers de Châtelaine a disparu à deux reprises.

Traitée de «sale négresse» et priée de «retourner dans ses champs de coton», celle que ses amis appellent Nana a appris, samedi, que le pouvoir judiciaire avait à nouveau «perdu» son dossier. «Comme par hasard», s'indigne le collectif Afro-Suisse venu manifester son mécontentement sous les bureaux de Daniel Zappelli. «Le procureur général classe pratiquement toutes les plaintes déposées pour des actes racistes», accuse­ Mélanie, membre du collectif.

Perdue une première fois en octobre 2009, puis redéposée, la plainte est finalement classée en décembre par manque de preuves. «Les insultes ont pourtant été proférées devant des témoins. Le conseiller fédéral en charge de La Poste, Moritz Leuenberger, s'est excusé des propos racistes en promettant que des sanctions seraient prises», ajoute Sandrine. Lorsqu'un recours est déposé contre le classement, la semaine passée, l'impensable se produit: le dossier disparaît une nouvelle fois!

«Décidément, quelle malchance», ironise Me Eve Delaloye, l'avocate de Nana. «Après toutes les pressions que la police a exercées sur moi pour que je retire ma plainte contre le postier, je suis atterrée», s'offusque Nana, qui rappelle que l'employé a quitté ses fonctions et que sa femme a été mutée.

Contacté, le Palais de justice­ ne commente pas les éventuelles pertes.

Ton opinion