Plainte pour assassinat: La justice enquête sur la mort d'Arafat
Actualisé

Plainte pour assassinatLa justice enquête sur la mort d'Arafat

La justice française va ouvrir une information judiciaire pour assassinat après les nouveaux détails sur la mort de l'ancien leader palestinien décédé dans un hôpital parisien en novembre 2004.

Yasser Arafat aurait été empoisonné au polonium.

Yasser Arafat aurait été empoisonné au polonium.

Un juge français va enquêter sur la mort de Yasser Arafat après l'ouverture mardi d'une information judiciaire pour assassinat à Nanterre (région parisienne). La veuve de l'ex-dirigeant palestinien soupçonne un empoisonnement au polonium.

L'ouverture de cette instruction fait suite au dépôt d'une plainte contre X pour assassinat avec constitution de partie civile le 31 juillet par Souha Arafat, la veuve du chef de l'Autorité palestinienne.

Ce dépôt de plainte était consécutif à la découverte de polonium, une substance radioactive hautement toxique, sur des effets personnels de l'ex-dirigeant palestinien. Une découverte qui a relancé la thèse d'un empoisonnement.

La plainte «n'est pas prescrite puisqu'elle intervient moins de dix ans après les faits et n'a d'autre objet que d'établir la vérité», avait souligné Me Pierre-Olivier Sur, l'avocat de Mme Arafat à Paris.

Rapport médical

Il n'y a jamais eu d'informations médicales claires sur les raisons de la mort du dirigeant palestinien, le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire français de Percy, près de Paris. Ce décès était intervenu après une courte période de dégradation de son état de santé, qui avait conduit à son hospitalisation en France. Les responsables palestiniens et les proches de Yasser Arafat sont persuadés qu'il est mort empoisonné.

Le rapport d'hospitalisation français, daté du 14 novembre 2004 et cité mardi par le website «Slate.fr», fait état d'une inflammation intestinale d'»allure infectieuse» et de troubles de coagulation «sévères». «Slate.fr» évoque la piste d'un «empoisonnement» par une toxine de champignon vénéneux.

Participation du CHUV incertaine

L'Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne avait annoncé à vendredi qu'il était prêt à examiner la dépouille de Yasser Arafat après le feu vert de sa veuve, afin de rechercher d'éventuelles traces de polonium. C'est l'Autorité nationale palestinienne qui en avait fait la demande aux experts du CHUV, dont dépend l'IRA.

Les avocats de Mme Arafat et de sa fille Zahwa avaient alors estimé «que cet acte d'enquête doit être diligenté en collaboration avec la juridiction d'instruction française, régulièrement saisie, qui doit désigner un magistrat instructeur pour procéder aux investigations qui s'imposent».

La participation du CHUV à l'enquête restait incertaine. L'IRA n'était pas joignable mardi pour commenter ces nouveaux développements.

Les Palestiniens satisfaits

L'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas s'est félicitée mardi de l'ouverture de cette enquête. «Nous saluons cette décision», a déclaré le négociateur palestinien Saëb Erakat. Et de préciser que le président Abbas a «officiellement demandé au président français François Hollande de nous aider à enquêter sur les circonstances du martyre de l'ancien président Arafat.»

Le polonium a servi notamment à l'empoisonnement en 2006 à Londres d'Alexandre Litvinenko, un ex-espion russe devenu opposant au président Vladimir Poutine.

(ats/afp)

Ton opinion