15.12.2015 à 15:35

GrèceLa justice enquête sur une évasion fiscale présumée

Près de 200 personnes sont soupçonnées d'irrégularités après que des dossiers suspects ont été trouvés dans une agence d'UBS.

Le règlement de ces irrégularités pourrait rapporter plus de 2 milliards d'euros au fisc grec.

Le règlement de ces irrégularités pourrait rapporter plus de 2 milliards d'euros au fisc grec.

Des procureurs grecs, après avoir effectué une incursion dans une agence du numéro un bancaire helvétique UBS à Athènes, ont découvert au moins 200 fraudeurs présumés du fisc grec. Ils ont aussi trouvé des disques durs contenant des informations sur des cas suspects de blanchiment d'argent, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le montant de chacun des dépôts de ces évadés fiscaux irait de 1,5 à 12 millions d'euros (1,62 à 13 millions de francs), selon une première estimation judiciaire. Les détenteurs de ces comptes en Suisse ont d'ores et déjà été appelés à se présenter devant la justice pour régler leur situation et éviter de lourdes poursuites.

Deux milliards d'euros

Le règlement de ces irrégularités pourrait rapporter plus de 2 milliards d'euros au fisc grec, selon des estimations de la presse spécialisée.

Fin novembre, Berlin avait communiqué à Athènes une liste de détenteurs de comptes en Suisse crédités d'un total de 4 milliards de francs.

Le ministre des Finances de l'Etat-région allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie avait transmis au gouvernement grec «plus de 10'000 données pouvant servir à la poursuite de fraude fiscale» qui concernaient à la fois des entreprises et des particuliers.

Plusieurs scandales

Ces dernières années, en Grèce, d'autres listes de fraudeurs fiscaux avaient fait scandale, notamment celle fournie par l'ancienne ministre des Finances française Christine Lagarde au gouvernement grec conservateur en 2010.

Cette liste, dite en Grèce «liste Lagarde» ou connue à l'étranger comme «liste Falciani» - du nom de l'ex employé de HSBC Hervé Falciani qui avait révélé des opérations massives de fraude et d'évasion fiscale - regroupe les noms de quelque 2000 Grecs, parmi lesquels de nombreux hommes politiques, soupçonnés d'évasion en Suisse. Pour l'instant, aucun gouvernement grec ne s'y est réellement attaqué.

L'évasion fiscale en Grèce reste un fléau que le gouvernement d'Alexis Tsipras a promis de combattre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!