Téléveysonnaz: La justice fait plier Jean-Marie Fournier
Actualisé

TéléveysonnazLa justice fait plier Jean-Marie Fournier

Le directeur de Téléveysonnaz, Jean-Marie Fournier, devra bel et bien construire un mur pare-feu, avant de pouvoir commencer sa saison.

Le télécabine de Veysonnaz.

Le télécabine de Veysonnaz.

Téléveysonnaz ne pourra pas commencer la saison d'hiver sans construire un mur pare-feu entre le hangar d'arrivée de sa télécabine et le restaurant voisin. Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté la demande d'effet suspensif de la société valaisanne.

Dans une ordonnance diffusée vendredi, le TF relève que «la sécurité des usagers doit primer sur l'intérêt financier de Téléveysonnaz SA». La société, poursuit Mon Repos, se trouve dans une situation délicate «par sa propre attitude».

«Maigres» chances

Selon Mon Repos, il est préférable de s'en remettre à l'avis motivé de l'Office fédéral des transports (OFT). D'autant que les chances de succès sur le fond du recours de Téléveysonnaz paraissent «maigres».

Directeur de Téléveysonnaz, Jean-Marie Fournier a indiqué que la construction du mur litigieux ne devrait plus tarder. Contacté par l'ATS, il a précisé que «les matériaux sont sur place et les travaux pourraient être faits rapidement».

Ouverture comme prévu

«Cela représente 100 mètres carrés de briques. En deux jours, le mur pare-feu peut être construit», a affirmé Jean-Marie Fournier. Selon lui, la télécabine Veysonnaz-Thyon sera ouverte dans une semaine comme prévu.

Le litige entre Téléveysonnaz et l'Office fédéral des transports a culminé au début du mois de novembre. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) avait exigé la suspension immédiate de l'exploitation de la télécabine en raison des risques liés à un incendie dans le restaurant voisin du hangar d'arrivée de la télécabine.

Le directeur de Téléveysonnaz, Jean-Marie Fournier, avait immédiatement annoncé un recours au TF, assorti d'une demande d'effet suspensif. Il avait critiqué une décision selon lui «incompréhensible». (ordonnance du 8 décembre 2010 dans la cause 2C_881/2010)

(ats)

Ton opinion