Actualisé 29.07.2016 à 14:06

Mort d'Adama TraoréLa justice française refuse la 3e autopsie

La famille du jeune homme décédé le 19 juillet lors de son interpellation dans le Val-d'Oise veut connaître les causes exactes du décès.

Les proches de la victime ont manifesté pour connaître toute la vérité après le drame.

Les proches de la victime ont manifesté pour connaître toute la vérité après le drame.

photo: Keystone/Archives

La justice a rejeté vendredi la demande de la famille d'Adama Traoré de réaliser une troisième autopsie sur le corps du jeune homme, mort la semaine dernière lors de son interpellation, a annoncé vendredi à l'AFP le procureur de Pontoise. Deux autopsies ont déjà été réalisées, excluant que le jeune homme de 24 ans ait subi des violences. Mais la cause du décès n'était toujours pas formellement établie, selon l'avocat de la famille Frédéric Zajac, qui avait demandé jeudi une nouvelle autopsie.

La juge d'instruction chargée de l'affaire a rejeté cette requête. «Manifestement les actes demandés n'étaient pas de nature à apporter des éléments de réponse» supplémentaires sur les raisons du décès, a déclaré le procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier.

«Et la question du respect du corps se pose», a-t-il ajouté.

Pathologie cardiaque

Les réponses attendues par la famille pourront être apportées par l'ensemble des analyses (bactériologie, toxicologie, anatomopathologie) qui ont été lancées pour comprendre pourquoi le jeune homme est décédé, le 19 juillet, au moment de son arrestation par les gendarmes.

Le résultat de l'une d'elles, l'examen anatomopathologique des prélèvements réalisés sur le coeur d'Adama Traoré, leur a été transmis.

Il «met en évidence un ensemble de lésions compatibles avec une cardo-myopathie hypertrophique qui est potentiellement la cause directe de la mort», a poursuivi le magistrat.

Il s'agit d'une «pathologie cardiaque, pour laquelle il peut n'y avoir aucun signe avant-coureur», a-t-il précisé.

Le décès d'Adama Traoré a entraîné plusieurs nuits de violences dans la ville de Beaumont-Sur-Oise, où l'interpellation a eu lieu, et dans les communes voisines.

Sa famille, qui avait dénoncé une «bavure», a appelé à un rassemblement samedi à 16H00, devant la gare du Nord à Paris, pour réclamer «la vérité». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!