Genève: La justice inflige un revers à Securitas
Actualisé

GenèveLa justice inflige un revers à Securitas

La commune de Collonge-Bellerive a gagné contre la société de sécurité, qui voulait répondre à un appel d'offres en même temps qu'une de ses filiales.

par
jef
La Cour de justice a estimé que Securitas et sa filiale Python ne pouvaient pas répondre au même appel d'offres.

La Cour de justice a estimé que Securitas et sa filiale Python ne pouvaient pas répondre au même appel d'offres.

Keystone/Ennio Leanza

Securitas Genève et Python Sécurité, filiale du groupe Securitas, ne peuvent pas se porter conjointement candidates au même appel d'offres. La Cour de justice en a décidé ainsi, rapporte la «Tribune de Genève». Elle a ainsi donné raison à la commune de Collonge-Bellerive qui, cet été, alors qu'elle cherchait à attribuer un marché de surveillance, avait précisé que les entreprises disposant de plusieurs filiales ne pouvaient déposer qu'une seule offre. L'idée était d'éviter une entente en amont susceptible de fausser la concurrence.

Or, le marché intéressait à la fois Python et Securitas Genève. Cette dernière société a donc fait recours contre l'appel d'offres. Les juges l'ont déboutée, estimant que, comme les cite le quotidien genevois, «le risque de concertation est, sous réserve du contraire, concret pour des sociétés qui disposent d'une structure décisionnelle commune».

Ton opinion