Affaire Nestlé en Colombie: La justice n'entre pas en matière sur la plainte
Actualisé

Affaire Nestlé en ColombieLa justice n'entre pas en matière sur la plainte

Le Tribunal cantonal vaudois a estimé qu'il y avait prescription dans l'affaire de la mort d'un syndicaliste colombien, imputé au groupe suisse.

La filiale de Nestlé en Colombie est un acteur économique très important pour la région.

La filiale de Nestlé en Colombie est un acteur économique très important pour la région.

La justice vaudoise n'entre pas en matière sur la plainte déposée contre Nestlé dans l'assassinat d'un syndicaliste colombien. Elle estime qu'il y a prescription, a indiqué jeudi le procureur interrogé par l'ats.

«Il y a prescription, la mort remonte à plus de 7 ans», ce qui est la durée prévue en cas d'homicide par négligence, a déclaré Franz Moos. «L'infraction est absolument prescrite», a-t-il ajouté en soulignant qu'il ne s'était pas penché sur le fond de l'affaire. Les plaignants ont 10 jours pour éventuellement recourir devant le Tribunal cantonal.

Fin février, la justice vaudoise avait reçu la plainte traduite en français. Elle avait été déposée dans un premier temps en allemand à Zoug. Elle attaque Nestlé pour homicide par négligence dans l'assassinat en 2005 du leader syndical Luciano Romero Molina à Valledupar, dans le nord-est de la Colombie.

Le syndicat colombien Sinaltrainal et le European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR) à Berlin estiment que Nestlé est coresponsable du meurtre parce qu'elle n'a pas protégé cet ex-employé menacé. La multinationale suisse rejette toutes les accusations. (ats)

Ton opinion