Actualisé 14.10.2013 à 14:02

Belgique

La justice relâche le cerveau présumé du vol

La justice belge a remis en liberté vendredi le chef présumé du spectaculaire vol de diamants commis en février dans un avion suisse à Bruxelles. Trois hommes sont toujours sous les verrous.

Aucune trace de l'ADN du suspect n'a été retrouvée, ni sur l'avion, ni sur les sacs contenant des diamants, écrit lundi l'agence Belga. Et la localisation de son téléphone portable ne prouve pas que l'homme se trouvait à proximité de l'aéroport de la capitale belge, contrairement à ce qu'affirmait la police.

La défense a fait appel au site internet de l'IBPT, le régulateur belge des télécoms, qui répertorie les différentes antennes GSM et leur portée. Cela lui a permis de démontrer que l'antenne via laquelle le suspect avait utilisé son téléphone le jour du braquage couvrait également un autre secteur.

En conséquence, la chambre des mises en accusation de Bruxelles a ordonné la mise en liberté du suspect. Cette libération, annoncée samedi par des journaux belges, a été confirmée par l'avocat du «cerveau» présumé, Olivier Martins, précise Belga.

120 colis

Les faits remontent au 18 février. Au moins huit hommes armés de fusils mitrailleurs, encagoulés et porteurs d'uniformes de policiers s'étaient approchés d'un avion de la compagnie d'Helvetic Airways qui s'apprêtait à décoller pour Zurich. Ils s'étaient emparés de 120 colis contenant principalement des diamants.

Par la suite, huit suspects avaient été arrêtés en Belgique et un autre en France. Ce dernier a ensuite été extradé vers le Plat pays. Sur ces neuf personnes, cinq, plutôt suspectées de recel, avaient déjà été relâchées. Les quatre autres, dont le cerveau présumé désormais relâché, sont quant à eux présentés comme les exécutants. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!