Décès de Michael Jackson: La justice se penche sur la mort de la star
Actualisé

Décès de Michael JacksonLa justice se penche sur la mort de la star

Dix-huit mois après la mort de Michael Jackson d'une surdose de médicaments, la justice californienne se penche mardi sur le sort de son dernier médecin.

Michael Jackson est décédé le 25 juin 2009.

Michael Jackson est décédé le 25 juin 2009.

Conrad Murray, médecin de Michael Jackson, est poursuivi pour homicide involontaire, alors que sa défense s'apprête à soutenir la thèse d'un «suicide» de la pop star.

Les audiences préliminaires, qui devront permettre au juge Michael Pastor de décider si les preuves sont suffisantes pour traduire Conrad Murray devant la justice, commencent devant la Cour supérieure de Los Angeles. On ignorait lundi si Conrad Murray ou des membres du clan Jackson feraient le déplacement.

Selon une déposition de l'accusation devant la cour la semaine dernière, la défense du médecin devrait soutenir la thèse d'un «suicide» du chanteur, qui se serait réveillé pour s'injecter lui- même une dose supplémentaire de propofol en l'absence du médecin.

«Je crois qu'il est clair que la défense va développer une théorie selon laquelle la victime, Michael Jackson, s'est suicidée», a déclaré le procureur adjoint David Walgren. «Ils ne veulent pas le dire, mais c'est la direction qu'ils prennent», a-t-il ajouté.

Un avocat de la défense, Joseph Low IV, a refusé de commenter ces informations. Il a en revanche émis peu de doutes quant au renvoi de son client devant la justice. «J'ai du mal à croire que dans une affaire comme celle-là, le procureur ne soit pas en mesure de présenter les preuves nécessaires pour étayer son accusation», a-t-il déclaré.

Propofol en cause

Le 25 juin 2009, le «roi de la pop» succombait à l'âge de 50 ans à une surdose de médicaments dans sa maison de Los Angeles. L'autopsie révèlera que la mort avait été causée par le propofol, un anesthésiant extrêmement puissant utilisé en milieu hospitalier, que la star utilisait comme somnifère.

En février 2010, le procureur de Los Angeles décidait de poursuivre le dernier médecin de la pop star, Conrad Murray, pour homicide involontaire. Dernière personne à avoir vu Michael Jackson vivant, M. Murray avait immédiatement été au centre de l'enquête sur sa mort.

Il a toujours reconnu qu'il avait administré du propofol au chanteur de «Thriller» le jour de sa mort, mais a également assuré qu'il avait essayé de «sevrer» le chanteur avec d'autres médicaments et que c'est à la demande expresse de Jackson qu'il avait fini par lui injecter le médicament fatal.

35 témoins

Les audiences préliminaires sont en principe très techniques et seuls un ou deux témoins sont généralement appelés à la barre. Mais «l'affaire Jackson», aussi hors norme que feu le «roi de la pop», exigeait une procédure à la mesure de l'émotion causée par la mort du chanteur. Selon le «Los Angeles Times», pas moins de 35 témoins devraient être convoqués par les deux parties.

Pendant deux semaines environ devraient ainsi défiler devant la cour des experts médicaux, des enquêteurs, des proches de Michael Jackson, ses gardes du corps ou son personnel de maison.

Indépendamment de cette procédure, Conrad Murray est également poursuivi par le père de la star, Joe Jackson, qui affirme que le médecin a fait preuve de négligence, en passant 47 minutes au téléphone pendant que Michael Jackson agonisait dans sa chambre.

(ats/afp)

Ton opinion