Actualisé

GenèveLa justice veut rejuger un violeur en série

Le Ministère public genevois n'est pas satisfait de la sanction qui a été infligée à un violeur en série le mois dernier par la Cour d'assises.

s'enLe substitut du procureur Marco Rossier veut une peine plus lourde, assortie notamment de l'internement de l'individu.

«Un pourvoi en cassation a été déposé», a fait savoir M. Rossier mercredi. Le prévenu, un Marocain de 39 ans, a violé ou tenté de violer en l'espace d'une dizaine de jours en août 2008 à Genève un toxicomane, une dame de 93 ans et une mère de famille. Dans les trois cas, il a fait preuve de cruauté.

Homme dangereux

Pour ces actes barbares, la Cour d'assises de Genève a condamné l'accusé à une peine de 14 ans de prison, alors que le Ministère public en réclamait 20. Les jurés ont aussi refusé d'interner le prévenu, au grand dam de M. Rossier, qui continue de considérer l'homme comme extrêmement dangereux.

L'accusé présente une réelle menace pour la sécurité publique, a souligné le substitut du procureur. Ce dernier doute que le trouble mental dont souffre le violeur soit curable. L'expert médical n'a pas tranché la question et l'incertitude qui demeure devrait, selon M. Rossier, conduire à une mesure d'internement.

Trop de clémence

La durée de la peine de prison est également trop courte aux yeux de M. Rossier. «La Cour d'assises n'a pas pris la mesure de la gravité des actes commis par l'accusé». Il estime en outre que le mode de vie marginal du violeur ne justifie pas un allégement de la sanction, tout comme la bon comportement du prévenu en détention préventive.

De l'avis du substitut du procureur, la Cour d'assises, dans cette affaire, s'est trop éloignée de la peine maximale. M. Rossier devra maintenant présenter ses arguments devant la Cour de cassation et l'a convaincre d'ordonner la tenue d'un nouveau procès. La procédure prendra plusieurs semaines.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!