La Juventus pourrait être sanctionnée d'avantage
Actualisé

La Juventus pourrait être sanctionnée d'avantage

La Fédération internationale (FIFA) pourrait suspendre la Fédération italienne (FIGC).

Elle serait prête à prendre une telle mesure si la Juventus, condamnée par la justice sportive dans le scandale du Calcio, persistait à vouloir recourir à la justice ordinaire.

«Nous avons donné un délai jusqu'à aujourd'hui (mercredi) 12h00 afin que la FIGC nous indique comment elle va convaincre ou empêcher la Juventus d'aller devant la justice ordinaire», a expliqué Andreas Herren, porte-parole de la FIFA. Il a précisé qu'un tel recours contrevenait aux statuts de l'instance.

La FIFA se réserve ensuite le droit de soumettre l'affaire à son Comité d'urgence, lequel pourra alors décider «d'une éventuelle suspension de la Fédération italienne», a souligné le porte-parole. Une suspension qui, en pratique, signifierait que les clubs et les différentes sélections nationales - dont l'équipe championne du monde - ne seraient pas autorisés à participer aux compétitions internationales.

Le président de la FIFA, Sepp Blatter, avait adressé mardi une lettre à Guido Rossi, commissaire extraordinaire de la FIGC, et à Gianni Petrucci, président du Comité national olympique italien (CONI) dans laquelle il souligne que «les décisions prises par les instances juridico-sportives ne peuvent pas être portées devant la justice ordinaire».

Recours interdit

L'article 61-2 des statuts de l'instance internationale dispose en effet que «tout recours devant un tribunal ordinaire est interdit, sauf s'il est spécifiquement prévu par les règlements de la FIFA». L'article 61-3 dit également que les fédérations «doivent insérer dans leurs statuts une disposition selon laquelle leurs clubs et leurs membres ne peuvent pas porter un litige devant les tribunaux ordinaires mais doivent soumettre tout différend éventuel aux organes juridictionnels de la fédération, de la confédération ou de la FIFA».

Aussi, la Fifa rappelle aux deux dirigeants italiens qu'une fois tous les degrés de la justice sportive nationale épuisés, seul le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne est compétent.

La Juventus, reléguée en Série B avec 17 points de pénalité - et privée, aussi, de ses deux derniers titres de champion (2005 et 2006) -, a décidé, lundi, de se tourner vers le Tribunal administratif du Latium pour obtenir une peine moins sévère que celle infligée par la justice sportive en appel.

(ats)

Ton opinion