Hockey sur glace: La Lettonie organisera seule les Mondiaux
Publié

Hockey sur glaceLa Lettonie organisera seule les Mondiaux

La Fédération internationale a décidé de ne pas remplacer le Bélarus pour la compétition qui se déroulera du 21 mai au 6 juin à Riga.

Les deux patinoires à Riga qui accueilleront tous les matches: l’Olympic Sport Center (à g.) et l’Arena Riga (à dr.).

Les deux patinoires à Riga qui accueilleront tous les matches: l’Olympic Sport Center (à g.) et l’Arena Riga (à dr.).

IIHF

La Lettonie accueillera seule au printemps les championnats du monde de hockey sur glace, après le retrait imposé au Bélarus de son rôle de coorganisateur, a annoncé mardi la Fédération internationale de la discipline (IIHF).

À Riga, la compétition prévue du 21 mai au 6 juin sera concentrée dans deux enceintes distantes de 150 mètres et les 16 sélections seront logées dans un même hôtel, pour «éviter les déplacements» en période de crise sanitaire, explique le Conseil de l’instance dans un communiqué.

«Maintenir le tournoi dans un seul pays nous permet d’être flexibles. Nous pouvons trouver des solutions économiques pour déployer une «bulle», mais nous pouvons aussi nous organiser pour accueillir des supporters si la situation le permet», explique René Fasel, le patron de l’IIHF.

Avec des spectateurs?

La compétition est pour l’heure prévue à huis clos, mais en cas d’embellie sanitaire telle «que les spectateurs peuvent être admis», les organisateurs mettront en vente des billets «dans les trois jours» suivant le feu vert gouvernemental.

Pour confier sa compétition reine au seul État balte, l’IIHF a écarté les propositions «de Bratislava, en Slovaquie, et de Herning, au Danemark». La Lituanie avait aussi offert de prêter main-forte à son voisin.

Le Bélarus critiqué

Sous la pression d’opposants et de sponsors qui dénoncent la répression politique au Bélarus, l’IIHF s’était résignée le 18 janvier à retirer à Minsk la coorganisation du tournoi, qui promettait d’être une vitrine pour son président Alexandre Loukachenko.

L’instance du hockey avait évoqué «des préoccupations croissantes en matière de sûreté et de sécurité, liées à la fois à la montée des troubles politiques et au Covid-19», sans se montrer plus précise.

Dans la foulée, le gouvernement bélarusse avait dit «regretter» cette décision «infondée», estimant que l’IIHF et ses principaux partenaires commerciaux étaient «devenus les victimes de jeux politiques».

(AFP)

Ton opinion